Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

06 mai 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Partage de savoirs entre le Cégep et le Chili

AB-CegepChili

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Anne Blondin

Depuis près d’un an, le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue échange son savoir-faire dans le domaine minier avec des institutions d’enseignement du Chili. Une délégation chilienne était d’ailleurs de passage dans la région du 28 avril au 3 mai.

Une délégation du Chili, représentant deux institutions d’enseignement chiliennes, était de passage en Abitibi-Témiscamingue du 28 avril au 3 mai afin d’observer les façons de faire dans la formation dans le secteur minier.

L’échange qui a lieu entre le Cégep et ses partenaires chiliens est issu du projet Alliance Pacifique. Le partenariat est en place depuis près d’un an et le Cégep a déjà envoyé trois délégations au Chili.

«Ils sont chez nous en formation pour voir comment nous fonctionnons, entre autres, au niveau de l’enseignement et de l’évaluation. Nous travaillons avec eux au développement d’un programme de formation dans le secteur minier. Essentiellement, on partage nos expériences», a expliqué coordonnateur à la Formation continue et aux Services internationaux Stéphane Labrecque.

Lors de leur passage, la délégation chilienne a reçu plusieurs formations. «Ils ont rencontré les responsables des services aux étudiants, les responsables du suivi pédagogique des étudiants, les services aux entreprises et des spécialistes en pédagogie», a énuméré M. Labrecque.

Cet échange avec le Chili est perçu très positivement par M. Labrecque qui aimerait aussi que cela amène des échanges d'étudiants et de professeurs entre les deux pays.

«Je suis impressionné de voir les relations que le milieu de l’enseignement a développées avec celui de l’industrie»  - Benjamín Jamos

Liaisons avec les entreprises

Pour Manuel Farias, directeur du Centre de formation technique de la région de Coquimbo, ce partenariat a permis de connaître le contexte social et culturel du Québec afin de bien comprendre le système d’éducation. «L’échange nous a permis d’avoir des outils pour offrir de nouveaux services aux entreprises au Chili, mais également de repenser à ce que l’on peut faire du côté de la recherche technique et appliquée. Cela pourrait aussi mener à la création de nouvelles formations.»

De son côté, Benjamín Jamos, directeur du Centre d’éducation et de formation de l’Université catholique du Nord, les liens tissés entre la formation professionnelle, le Cégep et l’université ont retenu son attention.

«C’est très intéressant de voir comment ils s’unissent pour former les futurs travailleurs, a-t-il commenté. De plus, je suis impressionné de voir les relations que le milieu de l’enseignement a développées avec celui de l’industrie. Non seulement cela permet de former les gens de la région, mais de partout au Québec, voire du pays.»

M.Ramos a souligné à quel point cela était différent chez lui. «Il y a d’énormes différences même au niveau de la recherche, a-t-il précisé. Ce sont chacune des institutions qui doivent créer ses propres ententes avec les centres de recherches, de formations, et les universités.»

Plusieurs visites

Au cours de leur séjour, la délégation chilienne a eu l’occasion de faire quelques visites en lien avec le domaine minier, dont un de la Fonderie Horne et de la mine Canadian Malartic. Elle a également eu l’occasion de découvrir les villes d’Amos, Val-d’Or et Rouyn-Noranda.

«Ils ont pu visiter le Refuge Pageau et assister à la première rencontre opposant les Huskies et les Mooseheads d’Halifax», a fait savoir M. Labrecque.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média