Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

20 juin 2019

Camille Lalancette - clalancette@lexismedia.ca

Une pétition pour une réduction rapide des émissions d’arsenic à Rouyn-Noranda

Une initiative du comité citoyen ARET

CL-Pétition

©Camille Lalancette - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les citoyens se sont déplacés à l’Agora lors de la présentation de la pétition.

Le comité citoyen d’Arrêt des rejets et émissions toxiques (ARET) a lancé sa pétition hier le 19 juin. Ses membres souhaitent restreindre les émissions de particules d’arsenic dans l’air émises par la Fonderie Horne. Ils espèrent déposer leur pétition à l’Assemblée nationale en octobre.

«On a un but de montrer à nos élus qu’on est mobilisés à Rouyn-Noranda et que la population est préoccupée, que la santé est une priorité pour tout le monde», explique la co-porte-parole du comité ARET, Valérie Fournier. 

«On veut avoir le plus d’appuis possibles, que ce soit par la pétition ou par des organismes, organisations, regroupements citoyens, conseils d’établissement, conseils administratifs. On veut avoir le plus de groupes qui nous soutiennent», ajoute l'autre co-porte-parole, Mireille Vincelette. 

CL-Pétition

©Camille Lalancette - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les deux co-porte-parole du Comité citoyen ARET, Valérie Fournier et Mireille Vincelette.

La pétition 

C’est sous cinq points que le comité ARET formule ses demandes à l’Assemblée nationale. Les membres demandent que le taux d’arsenic dans l’air soit abaissé à la norme québécoise qui est de 3 ng/m3. À ce jour, la Fonderie excède 67 fois la norme. 

Ils demandent que les actions nécessaires soient prises en compte pour identifier et éliminer les rejets toxiques. Ils ajoutent qu’une étude épidémiologique devrait être réalisée pour mesurer l’exposition aux contaminants, de même qu’un suivi médical de la population pour déceler d’éventuels impacts. Finalement, ils réclament que la population soit informée de façon transparente.  

Le Comité ARET sous-entend que les émissions d’arsenic peuvent s’étendre plus loin que les limites du Vieux-Noranda. Ce quartier est le territoire où des enfants ont été l'objet d'examens pour dépister le taux d’arsenic, qui s’est révélé être 3,7 fois plus élevé que le groupe témoin d’Amos.

«Présentement, on n’a pas de preuve d'impacts sur la santé. La Direction de la santé publique ne s’est pas penchée sur le problème de l’arsenic au-delà du quartier, mais c’est vraiment une préoccupation qu’on a. On sent que les citoyens aussi sont préoccupés. On va demander que ce soit élargi. C’est pour ça que c’est dans la pétition», souligne Valérie Fournier. 

Le comité appuyé d'organisations

Le Groupe ÉCOcitoyen a appuyé le Comité ARET, tout comme le Conseil régional de l’environnement et le conseil d’établissement de l’école Notre-Dame-de-Protection. «Là, c’est le début. Nous sommes confiants de pouvoir rallier d’autres gens», mentionne Valérie Fournier.

D’ailleurs le conseil d’établissement de Notre-Dame-de-Protection a non seulement signifié son appui au Comité ARET, mais il a aussi demandé à la Commission scolaire de Rouyn-Noranda «de prendre position en faveur de la santé de nos enfants», était-il possible de lire dans un communiqué envoyé le 14 juin. 

Le comité ARET prévoit faire du porte-à-porte durant l'été afin de faire circuler la pétition. 

Commentaires

20 juin 2019

Marie-Marthe Tremblay

Il faut diminuer les émissions d'arsenic, il s'agit de la sécurité des enfants et le enfants c'est très important, c'est notre avenir

16 juillet 2019

serge saucier

bravo

16 juillet 2019

serge saucier

plus de 300 ont signé avec moi.en espérant que la csrn le fera aussi. comme tous les organismes jeunesse., crlm,réseau de la santé

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média