Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

29 août 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Les travaux du Conseil de la MRCT reprennent dans la bonne humeur

Conseil de la MRC de Témiscamingue en bref

Claire Bolduc

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les élus de la MRC de Témiscamingue ont repris les travaux dans la bonne humeur.

Le premier Conseil de la MRC de Témiscamingue s’est déroulé dans la bonne humeur des élus. Il était clair qu’ils étaient heureux de se retrouver et de mettre l’épaule à la roue pour le développement de leur territoire.

Comme il se doit, ce premier conseil a débuté le 28 août par un bilan fort positif de tout ce qui s’est déroulé sur le territoire durant la période estivale. Événements que la préfète, Claire Bolduc, n’a pas manqué de souligner.

«Nous avons eu bien sûr le Rodéo du camion, le Festival Western de Guigues, la Foire gourmande, a-t-elle énuméré. Mais il ne faudrait pas oublier le Festival country de Kipawa, un événement à découvrir. Nous avons également rencontré beaucoup de ministres cet été. Plusieurs élus ont pu leur faire part des enjeux de leurs milieux. Et nous avons renoué avec le Tour cycliste. Notre parcours a été très apprécié et il se pourrait bien que le Tour revienne dans un autre secteur.»

Piscine: 20 % de l’argent viendra du milieu

La période de questions a principalement touché le dossier de la piscine et l’environnement.

Pour ce qui a trait au développement du projet de nouvelle piscine dans le centre du Témiscamingue, le dépôt du rapport de la firme de consultants ne se fera qu’en septembre. Par contre, en attendant ce rapport et la mise à jour de l’évaluation de la piscine de Ville-Marie par SNC, un comité restreint, dont la préfète fait partie, a déjà commencé à envisager des modalités de financement de l’infrastructure. «Peu importe quel sera le coût de ce projet, le milieu devra fournir 20 % de la somme totale», a spécifié Claire Bolduc.

«Peu importe quel sera le coût de ce projet, le milieu devra fournir 20 % de la somme totale» - Claire Bolduc

Qualité des eaux et maternités porcines

Sur le plan de l’environnement, une citoyenne s’est dite fort préoccupée par le rapport de l’Organisme de bassin versant du Témiscamingue, déposé plus tôt au cours de l’été. Une dégradation des eaux dans les environs des maternités porcines et des sites d’épandage de lisier y avait été qualifiée de significative.

À cette question, la préfète a rappelé que ce serait le Comité municipal en agriculture et agroalimentaire de la MRC qui en prendrait connaissance dès la rentrée et qu’il ferait ses recommandations aux élus.

Le maire de Fugèreville, André Pâquet, où se trouve une maternité porcine, a aussi réagi à cette question.

«Je l’ai regardé, moi, ce rapport-là. J’ai aussi regardé les photos. Et je me demande bien pourquoi ils sont allés prélever de l’eau dans un trou grand comme ça à côté d’une dam de castor, où l’eau est déjà morte. Les millions de litres d’eaux municipales usées qui sont relâchés dans les cours d’eau sont pas mal plus dommageables pour l’environnement que les porcheries. On en a pris nous-mêmes des échantillons d’eau et je peux vous dire que l’eau à quatre acres et à huit acres de la porcherie n’est pas pareille pantoute. Les quenouilles font leur job.»

Mission à Val-Jalbert

Par ailleurs, une dizaine de personnes se rendront bientôt à Val-Jalbert en mission exploratoire pour y rencontrer les promoteurs de minicentrales hydroélectriques.

«Ils en sont au dépôt de leur troisième projet, a spécifié la préfète Bolduc. Nous pourrons visiter leurs installations et échanger sur les particularités de ces projets, incluant différents partenariats. Cette mission sera fort enrichissante pour le développement de notre propre projet de minicentrale Onimiki, dans le sud du Témiscamingue.»

Le préfet, Arnaud Warolin, trois mairesses, la présidente du comité municipal de Laniel ainsi qu’un représentant de la Timiskaming First Nation et un autre qui représentait  les communautés algonquines de Wolf Lake et Kebaowek, avaient participé à une mission exploratoire similaire en novembre 2016.

Enregistrement des séances et parc informatique

Une caméra et des micros ont été installés à des endroits stratégiques dans la salle du conseil. Ceux-ci devraient être fonctionnels dès la séance du mois de septembre.

Également, un budget de 45 378 $ a été alloué à la mise à niveau d’équipements informatiques dans les bâtiments municipaux où la technologie large-bande avait été déployée en 2006. «De manière générale, ce type d’équipements doit être mis à niveau à tous les dix ans, a précisé Claire Bolduc. Plusieurs municipalités ont constaté leur désuétude après 13 ans.»

Fait à noter, dans les prévisions budgétaires adoptées en novembre 2018 pour l’année 2019, les sommes allouées au parc informatique étaient passées de 218 475 $ en 2018 à 445 556 $ pour 2019.

MRCT caméra

©Lucie Charest

Micros et caméra sont installés. Ils devraient être fonctionnels dès le conseil de septembre.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média