Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

25 novembre 2019

Marc-André Landry - malandry@lexismedia.ca

Vague d’incendies à Val-d’Or: Landry plaide coupable

Il connaîtra sa sentence en avril

Palais justice val-d'or

©Archives - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le Valdorien Mathieu Landry, 28 ans, a plaidé coupable, vendredi, à tous les chefs relativement à la série d’incendies criminels qui ont frappé Val-d’Or à la fin de l’été.

Détenu depuis son arrestation, le 27 septembre dernier, Landry a reconnu avoir causé une douzaine d’incendies, en plus de deux introductions par effraction et une fausse alarme. L’homme avait d’ailleurs livré des aveux complets aux policiers dès son arrestation. Selon le procureur de la poursuite, Me Jonathan Tondreau, les gestes de Landry ont eu de lourdes conséquences tant matérielles que psychologiques pour les victimes. Les dommages, principalement à des remises, mais aussi à des résidences, par propagation des flammes, sont estimés entre 500 000 $ et 700 000 $.

Une enquête de l’escouade des crimes majeurs de la Sûreté du Québec avait été déclenchée dans cette affaire, compte tenu notamment de l’impact important que cette vague d’incendies avait eu sur les pompiers de Val-d’Or. Cette enquête a débouché sur une information clé après que Landry se soit brûlé au visage et au bras, lors d’un feu allumé sur la rue Chapais.

«En raison de la douleur, il s’est présenté au Centre hospitalier ce soir-là, a raconté Me Tondreau. Même s’il avait besoin de soins spécialisés, il n’a pas voulu y rester pour la nuit. Son défaut de se présenter le lendemain a inquiété le médecin. Ça l’a amené à se poser des questions et il a contacté la SQ, qui s’est présentée chez lui. Ç’a donné un second souffle à l’enquête, pour éventuellement mener à son arrestation.»

En deuil de son chien?

Toujours selon la poursuite, la perte de son chien, il y a quelques mois, pourrait avoir été un élément déclencheur chez Mathieu Landry. «Il aurait voulu venger cette perte en s’attaquant à la société. Il ne visait pas des individus en particulier et il ne connaissait pas les victimes», a jouté Me Tondreau.

Évaluation psychologique

Avant de proposer une suggestion commune au juge Jean-Pierre Gervais, la Couronne et la défense, représentée par Me Samuel Bérubé, ont demandé la confection d’une évaluation psychologique de l’individu et un rapport présentenciel. «Mon client vivait une détresse psychologique au cours de cette période. Il est conscient du mal de ses gestes et du danger potentiel que ces feux auraient pu avoir sur des vies humaines. On veut investiguer davantage ce qui l’a amené à passer à l’acte, afin de proposer les mesures les plus appropriées qui lui permettront de retourner à une vie normale à sa sortie de prison», a expliqué Me Bérubé au tribunal.

Une fois ces rapports complétés, les procureurs présenteront leur suggestion de sentence au juge Gervais le 16 avril prochain. Landry demeure détenu entre-temps.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média