Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

14 août 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

«Je voudrais être la Mère Teresa des personnes différentes»

Dave Bellerose lance un livre sur son combat de tous les instants avec le traumatisme craniocérébral

Dave_Bellerose_1

©Natacha Lacerte

Atteint d’un traumatisme craniocérébral après un grave accident à l’âge de 17 ans, Dave Bellerose a dû réapprendre à vivre. Onze ans plus tard, il raconte son combat, mais aussi sa lutte contre les préjugés.

Onze ans après l’accident qui avait fait basculer sa vie, l’ancien joueur des Citadelles Dave Bellerose publie un livre qui raconte cet événement, mais aussi tout le parcours qu’il a traversé pour réapprendre à vivre avec un traumatisme craniocérébral (TCC) et, surtout, les préjugés qu’il doit combattre au quotidien.

Le 16 août 2009, à l’aube de ses 18 ans, Dave Bellerose, qui se préparait à participer, une semaine plus tard, au camp d’entraînement des Huskies, roulait à vélo dans le Rang 7-8 du quartier Bellecombe. Soudain, un coéquipier, qui ne l’a jamais aperçu, l’a percuté de plein fouet avec sa voiture. Le hockeyeur avait alors passé deux semaines dans le coma. Il s’en était tiré avec une seule fracture, mais l’impact l’avait laissé avec un TCC sévère. Il avait dû suivre de long mois de réadaptation pour réapprendre à parler, à marcher et, surtout, à patiner.

L’Histoire derrière un TCC, qui a nécessité plus de trois ans de travail, se veut non seulement un compte-rendu de la bataille que Dave Bellerose a livré et qu’il continue à mener au quotidien, mais aussi un hommage à toutes les personnes qui vivent avec un TCC et un cri du cœur à ceux qui jugent ces gens sans connaître leur vrai combat.

Des cibles faciles pour les préjugés

«Nous sommes des cibles faciles pour les préjugés. Quand une personne regarde mes pieds ou ma démarche particulière, elle me rappelle mon handicap. Mais voit-elle mes yeux et tout l’espoir qu’il y a dedans? Moi, je voudrais être la Mère Teresa des personnes différentes. C’est vrai que nous avons des limitations, mais j’ai pour mon dire que personne n’a de limites», a-t-il fait valoir, en entrevue.

Encore aujourd’hui, le regard que peuvent porter certaines personnes continue d’affecter Dave Bellerose. Cela a beaucoup nui à son estime et sa confiance en soi. «Chaque jour, je souris aux gens que je croise. Mais en-dedans, j’ai encore beaucoup de colère», a-t-il indiqué.

«Quand une personne regarde mes pieds ou ma démarche particulière, elle me rappelle mon handicap. Mais voit-elle mes yeux et tout l’espoir qu’il y a dedans?» - Dave Bellerose

@ST:Mieux connaître pour mieux comprendre

@R:C’est pour cette raison que l’ancien joueur avant des Citadelles est devenu conférencier. Chaque tournée dans une école ou une entreprise est pour lui l’occasion de faire valoir l’importance de persévérer dans l’atteinte de ses buts, mais aussi pour démystifier le TCC et abattre les préjugés qui l’entourent. À travers les quelque 260 pages que compte son livre, il souhaite diffuser encore davantage son message.

«Je pense que mon livre devrait être lu par tout le monde, a-t-il souligné. Le problème, c’est que les seuls qui ne le liront pas sont ceux qui en auraient le plus besoin: les invincibles, ceux qui pensent que ça ne pourrait jamais leur arriver.»

Lancé 11 ans jour pour jour

Le livre doit être lancé le dimanche 16 août à 14h au Club de golf Dallaire de Rouyn-Noranda, soit 11 ans jour pour jour après les événements du dimanche 9 août 2009. «J’aurais souhaité qu’on puisse faire le lancement à 18h45, heure à laquelle les services d’urgence avaient été contactés, mais c’était trop tard», a signalé Dave Bellerose.

L’ouvrage a été publié aux Éditions En Marge. Vendu au coût de 25 $ à la Librairie En Marge ou directement auprès de l’auteur, tous les profits seront versés au Pilier, l’association des traumatisés crâniens de l’Abitibi-Témscamingue. Une centaine d’exemplaires devraient être disponibles lors du lancement. Environ 200 autres seront imprimés d’ici quelques semaines.

«Nous sommes des cibles faciles pour les préjugés. C’est vrai que nous avons des limitations, mais j’ai pour mon dire que personne n’a de limites» - Dave Bellerose

L’importance de persévérer

Lorsqu’il s’est retrouvé dans le coma, les médecins avaient confié aux parents de Dave Bellerose qu’il avait 97 % de chances de mourir ou de demeurer dans un état végétatif. «Quand j’ai décidé de me battre, je ne connaissais pas les pronostics. Je ne les ai appris que bien plus tard. Les chiffres ont l’importance qu’on leur donne. Ce n’est donc pas ça qui m’a motivé à poursuivre», a-t-il commenté.

Aujourd’hui, le jeune homme marche, s’entraîne plusieurs fois par semaine et pratique quelques sports. Lors du 50e anniversaire des Citadelles, en 2013, il a même pris part au tournoi, durant lequel ses coéquipiers l’avaient aidé à marquer un but, ce qui avait grandement ému l’assistance.

Dave_Bellerose_2

©Gracieuseté

Tous les profits tirés de la vente du livre seront versés au Pilier, l’association des traumatisés crâniens de l’Abitibi-Témiscamingue.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média