Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

26 février 2021

«Profitez de la relâche dans le respect des consignes»

Neuf nouveaux cas confirmés vendredi

covid

©Archives

Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue et la direction régionale de la santé publique ont insisté jeudi sur l’importance de profiter de la semaine de relâche en famille, mais ils ont aussi rappelé les règles à suivre pour éviter de propager de virus de la COVID-19.

«Plusieurs municipalités offrent des activités pour la semaine de relâche. On invite la population à en profiter. Ça fait du bien d’être actifs, de profiter des moments en famille, mais il est bien important de respecter les consignes dans ces différents lieux. Les interventions policières seront accrues durant cette période dans lieux publics, qu’ils soient intérieurs ou extérieurs, les restaurants, les patinoires, les glissades», a déclaré présidente-directrice générale Caroline Roy, lors du point de presse hebdomadaire du CISSS sur la situation épidémiologique, le 25 février.

«C’est important de respecter les consignes pendant la semaine de relâche, a renchéri Dre Lyse Landry, directrice régionale de la santé publique. Jouez dehors, mais ne baissez pas la garde. On a tous un rôle à jouer pour freiner la transmission de cette maladie. On fait tous partie de la même équipe contre la COVID-19.»

La bulle familiale

Caroline Roy a tenu à rappeler que les gens doivent rester dans leur bulle familiale et limiter les contacts sociaux. Les étudiants qui reviennent pour la relâche, doivent éviter les lieux publics et les contacts sociaux hors de leur bulle. Caroline Roy a aussi insisté sur le fait que les rassemblements ne sont toujours pas permis sur les terrains privés, autant à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Publicité

Défiler pour continuer

Les restaurants doivent continuer de tenir un registre des personnes qui fréquentent leur salle à manger. Seules les personnes provenant de la région y sont admises. Et c’est toujours deux adultes à la même table et les enfants. Le couvre-feu demeure de 21h30 à 5h. «À partir de demain (aujourd’hui), de nouvelles s’opportunités s’offrent à nous avec l’ouverture des cinémas et des salles de spectacles ainsi que certaines autres activités», a tenu à rappeler la PDG du CISSS.

9 nouveaux cas vendredi

Par ailleurs, le CISSS a confirmé 9 nouveaux cas de COVID-19, vendredi matin. Huit de ces cas étaient contacts connus et suivis par la Santé publique, donc placés en isolement préventif. Le neuvième a contracté la maladie à l’extérieur de la région.

Sept cas sont dans la MRC Abitibi (région d’Amos), alors que les deux autres sont en Abitibi-Ouest et dans la Vallée-de-l’Or. Le dernier cas confirmé dans la Vallée-de-l’Or remontait au 28 janvier. Il n’y avait plus de cas actifs depuis le 7 février.

Toujours selon le CISSS, la région affiche 650 cas confirmés depuis le début de la deuxième vague (23 août), dont 600 sont rétablis. On déplore toujours trois décès, ce qui porte le nombre de cas actifs à 47, soit 7 de plus que la veille. On en trouve 43 dans la MRC Abitibi, 3 en Abitibi-Ouest et 1 dans la Vallée-de-l’Or. Il n’y aucun cas actif à Rouyn-Noranda ni au Témiscamingue. Le nombre de personnes hospitalisées au centre régional désigné à Rouyn-Noranda demeure le même à 5, dont une personne qui repose aux soins intensifs.

 

Baisse des consultations de 30%

La PDG du CISSS Caroline Roy est revenue à la charge sur l’importance de consulter les services de santé et les services sociaux en dépit de la pandémie. Le CISSS a constaté une baisse de 30% des consultations de ses services à l’urgence et dans les points de services CLSC au cours des derniers mois. On craint au CISSS que des gens aggravent leur situation et voient leur santé se détériorer s’ils cessent de consulter. «C’est préoccupant. On ne croit pas que la population soit à ce point moins malade pour qu’on observe une diminution aussi marquée des consultations. Je réitère que nos installations sont sécuritaires. Les consignes et les mesures sont strictes. N’hésitez pas si vous devez consulter», a insisté Mme Roy.

 

Inscription au guichet des médecins de famille

Toujours lors du point de presse du 25 février, Caroline Roy, PDG du CISSS, a invité les citoyens du Témiscamingue qui n’ont plus de médecin de famille depuis le départ de trois d’entre eux de s’inscrire au guichet des médecins de famille. «Il semble y avoir eu une confusion et les gens croyaient qu’il y aurait une inscription automatique au guichet, mais ce n’est pas le cas. Il est question ici d’environ 3000 personnes. Il est important de vous inscrire au guichet si votre état de santé le requiert, pour qu’on puisse être capable de vous prioriser et avoir accès à un médecin de famille», a-t-elle lancé comme message.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média