Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

16 mars 2021

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

«Le moment est mal choisi» - David Lecours

La CCIRN déplore une récente charge d’Émilise Lessard-Therrien contre le modèle minier québécois

Rouyn_Noranda_Zone_innovation_miniere_2050

©Ville de Rouyn-Noranda

La Zone d’innovation minière récemment déposée par la Ville de Rouyn-Noranda auprès du gouvernement fait partie des projets de type minier «mobilisateurs et innovants» pour lesquels la CCIRN souhaiterait obtenir l’appui d’Émilise Lessard-Therrien, à titre de représentante de toute la population de Rouyn-Noranda-Témiscamingue.

La récente sortie publique d’Émilise Lessard-Therrien face aux règles qui encadrent l’industrie minière a provoqué une certaine consternation au sein de la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda (CCIRN), qui a invité la députée solidaire de Rouyn-Noranda-Témiscamingue à se faire davantage la porte-parole de l’ensemble de la population qu’elle représente.

Dans un communiqué publié le 13 mars, Québec Solidaire a dénoncé le fait que le gouvernement Legault avait, au début de février autorisé la mise en chantier, à Saint-Michel-des-Saints dans Lanaudière, d’un projet majeur de mine de graphite développé par Nouveau Monde Graphite. La formation politique déplorait notamment que le gouvernement ait donné le feu vert à la construction d’une fosse de 3 km de long sans que les études et analyses hydrogéologiques supplémentaires recommandées par le BAPE n’aient été fournies par le promoteur.

«Des ravages sur notre territoire»

À titre de porte-parole du dossier des ressources naturelles au sein de Québec Solidaire, Émilise Lessard-Therrien s’est inquiétée que la CAQ accepte de démarrer ce projet sans remettre en question le modèle minier actuel qui, selon elle, «a fait des ravages sur notre territoire».

Publicité

Défiler pour continuer

«Pendant trop longtemps, c'est l'industrie minière qui a dicté au gouvernement comment allait se passer l'extraction de nos ressources. C'est au tour du peuple québécois de décider ce qu'il fait de son sous-sol. Les conditions environnementales et l'acceptabilité sociale sont des ingrédients essentiels au développement responsable de nos ressources. Il faut en finir définitivement avec l'époque où on laissait les autres venir nous siphonner, puis nous laisser avec les désastres écologiques», a lancé la députée solidaire.

«Ce type de déclaration, sans nuances, contribue à inquiéter les marchés financiers étrangers et nuit à nos projets miniers en cours dans leur recherche de financement» - David Lecours

Méconnaissance et absence de nuances

Pour la CCIRN, les propos tenus par Mme Lessard-Therrien démontreraient une certaine méconnaissance du cheminement parcouru au cours des dernières années par le gouvernement et l’industrie minière dans son ensemble.

«Le moment est mal choisi pour attaquer ce secteur d’activité, qui est en grande partie responsable de la bonne posture économique de l’Abitibi-Témiscamingue malgré la pandémie, a déclaré le président de la CCIRN, David Lecours, dans un communiqué émis le 16 mars. Ce type de déclaration, sans nuances, contribue à inquiéter les marchés financiers étrangers et nuit à nos projets miniers en cours dans leur recherche de financement. Il est de notre avis que Mme Lessard-Therrien doit comprendre l’importance de cette industrie pour le développement économique régional, pour l’emploi et pour la recherche universitaire, sans compter tout l’apport financier de l’industrie aux projets et événements en tout genre.»

La collaboration plutôt que l’opposition

Rappelant que depuis 2014, plusieurs lois et règlements ont été modifiés pour mieux refléter les nouvelles réalités d’acceptabilité sociale et tenir davantage compte des préoccupations environnementales, M. Lecours a invité Émilise Lessard-Therrien à plutôt offrir à la population son appui et utiliser son influence pour faire avancer des projets miniers considérés comme mobilisateurs et innovants.

«Nous lui tendons la main dans un effort de collaboration, de concertation et d’éducation afin que ses propos reflètent davantage l’opinion de la population qu’elle représente. Les exemples de bonnes pratiques en matière de respect de l’environnement sont nombreux dans la région et ils nous feraient plaisir d’en discuter plus amplement avec elle», a indiqué le président de la CCIRN.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média