Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

21 mai 2021

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

La belle ascension de Sophie Dupuis

Prix de prestige, nominations à la pelletée, nouveau projet en marche

Sophie Dupuis

©Photo: Gracieuseté

La réalisatrice et scénariste abitibienne Sophie Dupuis est en pleine ascension dans l’univers du cinéma québécois.

Les choses vont assez rondement merci pour Sophie Dupuis par les temps qui courent.

La cinéaste de Val-d’Or a en effet poursuivi son ascension en remportant, ex aequo avec Pascal Plante pour «Nadia, Butterfly», le prix du Meilleur scénario de long-métrage de fiction francophone aux récents 39e Rendez-vous Québec Cinéma, pour son film «Souterrain», dont la première a été présentée à la soirée d’ouverture de l’événement, à la Place des Arts de Montréal.

«Je trouvais qu’on avait un bon scénario et c’est un bel honneur, surtout qu’il s’agit d’un nouveau prix destiné aux scénaristes, qui sont souvent oubliés, mentionne Sophie Dupuis. C’est important de reconnaître le travail que font les scénaristes au Québec. Il ne faut pas oublier que le récit d’un film part du scénario.»

Récompense et confirmation

Des prix, la réalisatrice abitibienne va peut-être en rafler d’autres prochainement, puisque «Souterrain», dont l’histoire se déroule dans les mines de Val-d’Or, est en nomination pas moins de 13 fois au Gala Québec Cinéma (le 6 juin), notamment dans les catégories phares Meilleur film, Meilleure réalisation et Meilleur scénario. Le film était aussi parmi les finalistes dans quatre catégories aux Prix Écrans Canadiens (décernés cette semaine), comme c’était le cas il y a trois ans pour son premier long-métrage de fiction, «Chien de garde», acclamé par la critique.

«On serait évidemment bien heureux d’en gagner quelques-uns, ça ferait parler du film, mais je suis déjà très contente des nominations, signale-t-elle. C’est une belle récompense et aussi une confirmation qu’on est sur la bonne voie et qu’on peut continuer ainsi, car ce sont mes pairs qui me le disent, ajoute l’artiste.

«Je prends également ça comme une tape dans le dos et une source de motivation; quand tu fais un film, tu te mets à douter, à force de voir et revoir les mêmes scènes durant la période de montage. C’est donc un soulagement, ça fait du bien, d’autant plus qu’on n’a pas encore eu beaucoup d’échos sur le film», raconte-t-elle.

Montrer l’hiver avec «Drag»

Sophie Dupuis a reçu une autre bonne nouvelle la semaine dernière quand la SODEC (Société de développement des entreprises culturelles) a confirmé qu’elle accordait du financement, dans la catégorie des projets de 2,5 millions $ et plus, pour la production de son prochain film, «Drag», dont l’histoire tournera autour de l’univers des ‘’drag queens’’.

Un gros poids de moins sur ses épaules, le financement étant, à ce qu’on dit, la partie la plus stressante pour tout réalisateur. «C’est vrai, puisque ça dépend si le film se fera ou pas, fait-elle remarquer. On attend maintenant la réponse de Téléfilm Canada, en juillet, mais la SODEC est un gros morceau qui va nous permettre de partir la machine.»

Le casting reste à venir alors que le début du tournage de «Drag», son troisième long-métrage de fiction en carrière, est prévu pour février 2022. «L’histoire se passe sur un an et je veux montrer l’hiver du Québec dans le film, indique Sophie Dupuis. Les films québécois se passent presque toujours l’été, mais les gens à travers le monde aiment voir notre hiver dans les films. Pour eux, c’est une belle caractéristique de chez nous.»

«Robin L’Houmeau extraordinaire!»

Le cœur de Sophie Dupuis risque de balancer au Gala Québec Cinéma quand viendra le temps de remettre le prix Iris de la Meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien, catégorie dans laquelle sont en nomination deux acteurs de «Souterrain» (James Hyndman et Théodore Pellerin) ainsi que le comédien valdorien Robin L’Houmeau (pour sa performance dans «La déesse des mouches à feu»).

«Je souhaite que l’un de nos acteurs l’emporte, mais en même temps, je serais aussi très contente si Robin gagnait, il est tellement extraordinaire!, s’exclame-t-elle. Robin joue d’ailleurs dans une scène de ‘’Souterrain’’ et il est vraiment super. Si l’occasion se présente, ce serait un plaisir de travailler avec lui sur un projet.»

Reconnaissante envers les gens de la région

Après quelques reports causés par la pandémie de Covid-19, c’est le 4 juin prochain que «Souterrain», tourné en bonne partie à Val-d’Or en 2019, doit enfin sortir dans les salles de cinéma du Québec. «On se croise les doigts pour que cette fois-ci soit la bonne!, de lancer Sophie Dupuis en rigolant.

«J’espère pouvoir me déplacer avec le film pour rencontrer le public, c’est dans les plans d’aller à Val-d’Or et en Abitibi, surtout qu’il a été tourné dans la région et que j’ai fait ce film pour rendre hommage aux travailleurs miniers, mentionne-t-elle. Nous avons beaucoup de reconnaissance envers tous les gens de chez nous qui nous ont aidés durant le tournage. Les membres de deux équipes minières ont été très généreux, ils se sont littéralement mobilisés pour nous, on n’en revient pas encore! On sent toute la fierté des gens de la région de participer au film, c’est beau à voir, et je leur dis un gros merci.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média