Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

11 novembre 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Lessard-Therrien déçue du discours de Legault à Glasgow

Conférence des Nations unies sur le climat

Émilise Lessard-Therrien COP 26  Glasgow 2

©Photo Gracieuseté

Le passage à la COP 26 d’Émilise Lessard-Therrien, aura renforcé sa conviction selon laquelle il faut agir rapidement pour la lutte aux changements climatiques.

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue et responsable en matière d’environnement pour Québec solidaire, Émilise Lessard-Therrien, insiste sur l’urgence d’agir contre les changements climatiques, à la suite de sa participation à la COP 26 en Écosse. 

Mme Lessard-Therrien a été très touchée par la présence de nombreux militants, dont certains sont déjà directement affectés par les bouleversements climatiques. «Tous ces gens de partout dans le monde sont là pour que des gestes ambitieux soient posés pour le climat, pour s’assurer que l’on ait un avenir. Actuellement, il y a des gens qui perdent leur maison en raison d’inondations, de feux de forêt, qui vivent des épisodes de famine en raison de la sécheresse», a-t-elle témoignée.  

Justice climatique 

La députée a critiqué l’approche trop économique du premier ministre, François Legault. «Il s’est présenté comme s’il allait à Davos. Quand j’entends son nouveau mantra : plus de richesse, moins de GES, je trouve que c’est un discours qui manque profondément d’humanité», a-t-elle déclaré, en soulignant l’importance des décisions actuelles sur les générations futures. «Quand tu prends des décisions pour lesquelles tu ne vivras pas les impacts, je pense que ça influence», a-t-elle déploré. Elle souhaite que la justice climatique soit prise en considération lors de la prise de décision. «On a encore beaucoup de chemin à faire. Le Québec aurait les moyens d’en faire plus, les gens le demandent», a insisté la députée. Elle a aussi dénoncé la surreprésentation de lobbyistes de l’industrie des énergies fossiles, qui s’efforçaient d’influencer les décideurs, à la COP 26. «Il faut se sortir des énergies fossiles», a-t-elle affirmé.  

Les signataires de l’Accord de Paris, ont convenu de prendre des mesures pour limiter le réchauffement climatique à un niveau inférieur à 2 degrés, de préférence 1,5, par rapport au niveau préindustriel, ainsi que d’atteindre la carboneutralité pour 2050. Si des actions ambitieuses ne sont pas mises en œuvre dans un avenir rapproché, cet objectif risque de ne pas être atteint. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média