Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

25 novembre 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Le Refuge: pour répondre aux besoins des élèves

L’école Sacré-Cœur de Rouyn-Noranda s’est dotée d’une salle multisensorielle

Sacre-Coeur Refuge

©Centre de services scolaire de Rouyn-Noranda

Une élève profite du Refuge à l’école Sacré-Cœur de Rouyn-Noranda.

L’école Sacré-Cœur de Rouyn-Noranda a aménagé une salle, nommé le Refuge, pour permettre aux élèves ayant des besoins particuliers d’avoir un endroit pour reprendre le contrôle de leurs émotions.

«L’idée est née pour répondre aux besoins particuliers de nos élèves pour qu’ils soient plus disponibles aux apprentissages et qu’ils apprennent à s’autoréguler», a expliqué Julie Beaudoin, enseignante en adaptation scolaire. 

Grâce à un don de 10 000$ de Glencore via la Fonderie Horne, l’établissement a pu acheter la pièce maîtresse de la salle, un chariot clé en main. «Il vient avec des stimulations comme une colonne à bulles, des miroirs ou des guirlandes de fibre optique. Le chariot est déplaçable et c’était important qu’il le soit pour pouvoir être utilisé, oui par les classes d’adaptation, mais aussi par les classes régulières», a souligné Mme Beaudoin. 

Notons que les élèves de sixième année de l’an dernier de l’établissement avaient amassé des sous pour une activité de fin d’année qui n’a pu avoir lieu en raison de la pandémie. Une partie des sommes a été donnée à ce projet. «Nous avons aussi eu l’aide de notre équipe d’éducatrices spécialisées pour organiser le local ainsi que l’aide du Centre de services scolaire et de l’école», a évoqué Julie Beaudoin. 

Répondre aux besoins 

Le Refuge permet de répondre aux différents besoins des élèves. «Les élèves ayant un trouble de l’autisme ont besoin de la partie sensorielle. Pour les élèves avec des déficiences, ça permet de les stimuler. Pour les anxieux, cet endroit permet un retour au calme et de parler ensuite de ce qui est arrivé. Pour nos hyperactifs, c’est aussi un endroit pour revenir au calme», a soutenu Claudie Arpin, enseignante en adaptation scolaire.  

«Les élèves vont avoir des réactions. Ils vont sentir une grande colère et il faut la nommer. Même chose avec le stress ou la tristesse. Cette salle permet d’éviter les escalades et elle permet aux élèves d’apprendre à reconnaître les signes que leur corps leur envoie. Ça leur permet de sortir de la classe et de se retrouver dans un lieu sécuritaire, d’identifier ce qu’ils vivent et de se calmer graduellement», a ajouté Julie Beaudoin. 

Pour celle-ci, cette salle est aussi une façon d’aider les élèves à mieux reconnaître leurs besoins. «Les écoles sont remplies de bruit et de stimulation. Dans la vie, on a tous besoin de pause à certains moments. C’est vrai pour n’importe quelle personne et ça l’est pour les élèves. En même temps, ça favorise leur croissance et ils apprennent à se connaître», a-t-elle exposé. 

Pour tous 

Si l’idée est venue des enseignantes en adaptation scolaire, la salle et le chariot peuvent être utilisés par toute l’école. «Autant dans les classes régulières, il peut avoir une fatigue mentale après un gros examen. Cette aire leur permet d’avoir une aire de détente commune avant de reprendre le cours de la journée», a évoqué Mme Arpin. 

Les enseignantes ont aussi des idées pour bonifier le projet dans le futur, surtout si des partenaires souhaitent y contribuer. «On aimerait ajouter un deuxième refuge à notre école. On veut aussi explorer la motricité globale. On a plein de bonnes idées et on souhaite une phase 2», ont-elles souligné. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média