Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

18 décembre 2021

Aline Essombe - aessombe@lexismedia.ca

L’école secondaire d’Amos prépare la relève dans le domaine minier

Des élèves assistent à des expériences universitaires

AE-EssaiMetallurgie

©Gracieuseté - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les élèves de l’école secondaire d’Amos, Pavillon La Forêt, seront peut-être les ingénieurs de demain. Ils ont assisté pour une première fois à des expériences en métallurgie en visioconférence le 17 novembre afin de voir à quoi ressemble ce domaine.

La distance n’a pas empêché une cinquantaine d’élèves de l’école secondaire d’Amos, Pavillon La Forêt, d’assister à un cours universitaire d’essai métallurgique en laboratoire. 

Le cours, qui a eu lieu il y a quelques semaines, s’est déroulé par visioconférence. Il s’agissait de permettre au plus grand nombre de participer en laboratoire à des essais métallurgiques faits par des étudiants universitaires. 

«C’est un événement qui sert à encourager les élèves à devenir les ingénieurs mécaniques et chimiques de demain, la relève. On voulait leur faire voir un peu ce qu’étaient les domaines du génie dans le secteur minier, a expliqué Patrick Lesage-Cotnoir, enseignant en sciences et technologie au 3e secondaire. 

«Les élèves étaient très intéressés. Ils assistaient à des expériences en direct faites en laboratoire par de futurs ingénieurs. Les élèves pouvaient assister en visioconférence, poser leurs questions, voir quels étaient les paramètres psychochimiques de ces expériences», a-t-il raconté.  

«C’est un événement qui sert à encourager les élèves à devenir les ingénieurs mécaniques et chimiques de demain. On voulait leur faire voir un peu ce qu’étaient les domaines du génie dans le secteur minier»   Patrick Lesage-Cotnoir   

Une expérience appréciée 

L’enseignant, qui a aussi la charge du Club de science de la polyvalente La Forêt, considère que les élèves ont eu accès à un domaine porteur dans la région. C’est que le génie mécanique et chimique ouvre les portes du domaine minier, bien implanté en Abitibi-Témiscamingue. 

Dans les mines, afin d’extraire certains métaux pour les besoins de l’industrie, il faut pouvoir récupérer le métal, le traiter, l’extraire et l’affiner avant de l’exploiter. C’est ce processus que l’on nomme «métallurgie» et qui nécessite des connaissances en chimie et en mécanique. 

«C’était quand même assez facile pour les enseignants de faire des ponts entre la partie théorique qu’ils (les jeunes) peuvent faire en secondaire 2 ou 3, puis les expériences que les universitaires faisaient à distance», a indiqué M. Lesage-Cotnoir, tout en ajoutant que l’enthousiasme de ses élèves cette année l’a rapidement poussé à faire une demande pour répéter l’expérience l’an prochain.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média