Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

27 octobre 2017

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Un immense projet aurifère sera relancé entre Barraute et Senneterre

©Bibliothèque et Archives nationales du Québec – Fonds Ministère de la Culture et des Communications

Même si Ressources Pershimco, une société fondée à Rouyn-Noranda il y a plus de 30 ans par Roger Bureau et sa famille, n’existe plus depuis sa fusion, en décembre 2016, avec Orla Mining de Vancouver, les projets qu’elle détenait en Abitibi-Témiscamingue demeureront la propriété de Québécois.

La société montréalaise Exploration Khalkos a récemment annoncé avoir acquis l’essentiel des claims miniers de Pershimco et de la famille Bureau, en échange de l’émission d’actions pour une valeur totalisant 3 997 500 $. Lorsque la transaction aura été complétée, Khalkos changera par ailleurs de nom pour adopter la dénomination Ressources Pershimex.

Couvrant une superficie de plus de 132 km2 entre Barraute et Senneterre, les claims acquis par Khalkos forment l’immense projet Courville. Celui-ci vient s’ajouter au projet Malartic, que la société développe déjà dans la municipalité du même nom en partenariat avec la multinationale Dundee Precious Metals. Khalkos a d’ailleurs déclaré avoir la ferme intention de développer Courville et d’y organiser une campagne de forage d’ici la fin de 2017.

Beaucoup de potentiel

La propriété fait l’objet de plusieurs travaux dans le passé. Un segment nommé Thibodeau a été le théâtre d’un échantillonnage en vrac en 2005. Pershimco avait extrait près de 20 000 tonnes de minerai. Celui-ci avait été expédié à l’usine Camflo, alors propriété de Mines Richmont, et à la Fonderie Horne. En tout, près de 1000 onces d’or avaient été récupérées.

À Esteville, un autre segment de la propriété, des valeurs aurifères atteignant jusqu’à 25,7 grammes d’or par tonne de minerai sur une épaisseur de 1,6 mètre avaient été recoupées lors de forages.

Malgré son potentiel pour l’or, le projet Courville a été, en quelque sorte, mis en veilleuse par Pershimco lorsque son projet aurifère Cerro Quema, au Panamá, est passé à la vitesse Grand V. Khalkos entend à présent revaloriser la propriété.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média