Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

16 juillet 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Deux Témiscamiens sont maintenant conducteurs de chien de sang

Ces animaux sont aptes à retracer un gibier blessé

Jonathan Doire

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

David Payette, accompagné de Timber, un labrador mâle de 6 mois, et Jonathan Doire, accompagné de Ally, une femelle labrador de huit mois, amorçaient une séance d’entraînement, lorsque nous les avons rencontrés.

L’expression «chien de sang» a de quoi faire sourciller ceux qui ne connaissent pas leur utilité. À y regarder de plus près, par contre, l’importance de leur travail ne peut qu’être soulignée à grands traits.

«Ce chien aide les chasseurs à retrouver leur gibier blessé, donc à abréger rapidement ses souffrances en lui évitant de mourir seul au terme d’une longue agonie, a indiqué Jonathan Doire, propriétaire d’un chien de sang nouvellement formé. Il contribue ainsi à éviter un gaspillage de venaison à la suite d’un deuxième abattage lorsque l’animal blessé n’est pas retrouvé.»

C’est d’ailleurs dans un contexte où il était lui-même à la chasse que M. Doire avait sollicité un conducteur de chien de sang de l’Abitibi pour retracer un gibier blessé qui s’était enfui. «J’avais alors fait appel à quelqu’un de Rouyn-Noranda et j’avais été très impressionné par le résultat», a-t-il relaté.

Formation et entraînement

Publicité

Défiler pour continuer

Jonathan Doire et David Payette sont les deux premiers conducteurs de chiens de sang formés par l’Association des conducteurs de chiens de sang du Québec (ACCSQ) à être basés au Témiscamingue. Une dizaine de leurs collègues, ayant déjà reçu cette même formation, résident en Abitibi.

Les deux hommes se préparaient à entraîner chacun leur chien lorsque nous les avons rencontrés à Lorrainville. Des traces de sang de bœuf avaient été étalées ici et là sur un grand terrain et une patte de chevreuil avait, quant à elle, été cachée dans un buisson. En un rien de temps, Ally, une femelle labrador de huit mois, a débusqué la patte de chevreuil à l’extrémité du terrain. Son maître, Jonathan Doire, l’a alors félicitée chaleureusement.

«Pour devenir conducteur de chien de sang, il faut être à l’aise en forêt, de jour comme de nuit, être à l’aise aussi avec son chien et être capable de lire et comprendre ses comportements», a précisé David Payette.

Jonathan Doire

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Ally n’a mis que quelques instants à pister une patte de chevreuil, cachée à l’extrémité du champ où elle s’entraînait avec son maître, Jonathan Doire.

«Nous nous servons des facultés d’odorat du chien et nous, les conducteurs, sommes les cerveaux derrière qui analysons la scène où le coup a été tiré et les réactions du chien» - David Payette

La formation dispensée par l’ACCSQ s’échelonne sur deux jours. La première partie est dédiée à l’apprentissage du chien, tandis que la seconde porte sur les indices de blessures. «Nous nous servons des facultés d’odorat du chien et nous, les conducteurs, sommes les cerveaux derrière qui analysons la scène où le coup a été tiré et les réactions du chien», a fait observer M. Payette.

Chasseurs d’ours interpellés

Les deux nouveaux conducteurs de chien de sang ont récemment placé une annonce sur la page Facebook de l’Association chasse et pêche du Témiscamingue Centre, où ils proposaient leurs services aux chasseurs d’ours. Ainsi, en plus d’aider ces derniers à retrouver un gibier blessé, ils permettront à leurs chiens de développer encore plus leurs capacités.

Plus respectueux de la faune

«Pour les conducteurs de chien de sang, c’est toujours un bon moment d’avoir contribué à cette explosion de joie que manifeste le chasseur quand son gibier est retrouvé», a noté M. Doire.

«Je crois que plus nous ferons des recherches, plus d’autres chasseurs auront la piqûre pour suivre la formation et devenir eux-mêmes conducteurs de chiens de sang, a renchéri M. Payette. C’est une pratique de chasse plus respectueuse de la faune. Cela fait aussi partie des bonnes pratiques à adopter.»

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page web de l’ACCSQ. Vous y trouverez en un clic le nom et les coordonnées des conducteurs de chiens de sang.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média