Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

10 septembre 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Arsenic: la mairesse se défend d’avoir tardé à agir

Pierre Dufour refuse de s’impliquer

Arsenic Pierre Dufour diane Dallaire Rouyn-Noranda

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Thierry de Noncourt

La mairesse Diane Dallaire demande un porteur de ballon pour le dossier de l’arsenic. Ce ne sera pas le ministre régional Pierre Dufour (à gauche sur la photo).

La mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, demande qu’un comité ou un responsable soit nommé au sein du gouvernement pour porter le dossier des émissions d’arsenic à Rouyn-Noranda, plusieurs mois après le dévoilement des résultats de l’enquête de biosurveillance, le 14 mai. Elle nie cependant avoir tardé avant d’agir en ce sens.

Dans un premier temps, la mairesse a déclaré que la Ville allait assumer un rôle de vigie dans le dossier. Maintenant que la crise prend de l’ampleur, la municipalité franchit un pas de plus. 

«Le conseil a fait diligence. Il y a eu des rencontres avec la Direction de la santé publique, la Fonderie Horne et le Comité Aret. On a joué notre rôle de vigie. J’ai pris connaissance de certains rapports. Il y a des informations que nous n’avions pas», a indiqué Mme Dallaire, lors de la séance du conseil municipal du 9 septembre. 

À la suite de rencontres et discussions avec les autorités gouvernementales, elle souhaite à présent accélérer le processus et elle refuse de se débattre comme dans la <@Ri>Maison des fous d’Astérix<@$p>, se promenant d’un ministère à l’autre pour obtenir des réponses. Elle a salué les représentations de la députée Émilise Lessard-Therrien à Québec, mais maintenant, elle s’attend à ce qu’un membre interne du gouvernement Legault agisse sur le dossier.  

Interpellé à cet effet, l’attaché de presse du ministre régional Pierre Dufour, a indiqué que celui-ci ne s’impliquerait pas en tant que porteur du dossier et qu’il le laissait plutôt entre les mains du ministre de l’Environnement. 

Rappelons que les émissions polluantes de la Fonderie Horne, dont l’arsenic, sont une réalité connue des autorités et de la population depuis au moins une quarantaine d’années, à la suite de la publication, dans les médias, de nombreux articles sur le sujet. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média