Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

21 novembre 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Les jeunes de la région sensibilisés aux risques du travail

L’Abitibi-Témiscamingue sert de projet-pilote à la CNESST

Tournée action prévention CNESST

©Photo gracieuseté CNESST

La CNESST a réalisé un projet-pilote en Abitibi-Témiscamingue de tournée de prévention auprès des jeunes de secondaire 3 à 5 sur les dangers liés au travail.

La CNESST a choisi l’Abitibi-Témiscamingue pour un projet-pilote destiné à sensibiliser les jeunes des écoles aux risques associés au travail. Il s’agit d’une première en plus de 10 ans, alors que l’activité était, jusqu’alors, offerte seulement à Montréal.

«C’est une journée qui compte des conférences, des activités et des témoignages, a expliqué Yvon Grégoire, responsable des communications à la direction régionale de l’Abitibi-Témiscamingue. Alors qu’à Montréal, la journée ciblait surtout des secteurs d’activités précis, la conférence qu’on présente aujourd’hui en région s’adresse plus à un public de jeunes de secondaire 3, 4 et 5.» 

Après le succès rencontré pendant une dizaine d’années à Montréal, la CNESST a décidé prendre la route. «C’est la première fois qu’on organise cette journée de sensibilisation hors de Montréal. L’Abitibi-Témiscamingue est donc un projet pilote qui vise la même clientèle, mais sans secteurs ciblés», a indiqué M. Grégoire. 

Plusieurs activités 

La tournée s’est déplacée à Rouyn-Noranda, Val-d’Or, Amos et La Sarre durant la troisième semaine de novembre. Globalement, la réception des jeunes a été très positive. 

«Lors de chaque journée, il y avait deux petites conférences, a expliqué Yvon Grégoire. La première portait sur la prévention. Une conseillère en concertation a alors parlé des droits et obligations pour les travailleurs et les employeurs.» 

Une autre conseillère en concertation a ensuite évoqué l’ABC de la violence au travail. «C’est une activité ludique qui explique, entre autres, ce qu’est le harcèlement psychologique et la violence au travail, a précisé M. Grégoire. On le sait, même à l’école, ce sont des enjeux qui affectent les jeunes. Donc, on veut les préparer pour le marché du travail.» 

Un travailleur ayant été électrisé et qui a perdu ses deux bras a également livré un témoignage sous forme d’entrevue avec l’animatrice Karine Hébert. 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média