Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

29 novembre 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Le budget de la MRCT passe de 9,4 M$ à 11,3 M$

Une hausse de 20 % comparativement à l’an passé

Claire Bolduc

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Claire Bolduc a qualifié le budget 2020 de lucide et responsable.

Les impacts du nouveau Pacte fiscal entre les municipalités et Québec ont permis à la MRC de Témiscamingue (MRCT) de rehausser son budget de 20 %, tel qu’indiqué lors de l’adoption du budget 2020, le 28 novembre lors du Conseil de la MRC.

«C’est une bonification de plus de 1 M $ que la MRC a reçu dans ses coffres directement du gouvernement, via le Pacte fiscal 2020-2024, a rappelé la préfète, Claire Bolduc. Pouvoir bénéficier de cet argent nous permettra de le mettre à profit pour un développement encore plus accru de notre territoire.»

Pour financer les opérations de la MRCT, plus de 88 % des revenus sont autonomes. Ils découlent de divers programmes gouvernementaux ou proviennent de contributions municipales, selon les services retenus, telles les ententes intermunicipales. Les municipalités locales assument 12 % des dépenses, via leur quote-part brute pour 2020.

8 M $ pour le fonctionnement

Le fonctionnement de la MRC occupe 71 % du budget ou 8 099 167 $. Ceci inclut la rémunération des élus, l’aménagement du territoire, la sécurité incendie, l’évaluation foncière, le développement économique et la gestion des baux.

La gestion des matières résiduelles, quant à elle, requiert 29 % du budget ou 3 232 770 $. Un peu plus de la moitié est directement assumée par les contribuables à travers les quotes-parts de chacune des municipalités.

Fait à noter, la masse salariale du personnel administratif de la MRC totalise 2 108 806 $, après une augmentation de 5,5 % comparativement à l’an passé.

«Nous sommes résolument tournés vers les besoins des communautés et leur avenir. Les moyens dont nous disposons désormais nous permettent d’y ajouter une belle part d’ambition» - Claire Bolduc

Priorités et enjeux

Le développement de la filière hydroélectrique, projet Onimiki, la phase 3 du Centre de valorisation, soit l’aménagement d’un incinérateur pour les matières résiduelles, la connectivité, soit Internet haute vitesse et cellulaire, de même que la vitalisation des milieux et le maintien des services de proximité font partie des grands enjeux sur lesquels les efforts se multiplieront.

«Nous sommes résolument tournés vers les besoins des communautés et leur avenir, a souligné Claire Bolduc. Les moyens dont nous disposons désormais nous permettent d’y ajouter une belle part d’ambition.»

Au niveau des services, la proximité en santé, une piscine et un abattoir sont toujours dans la mire de la MRC.

Les moyens de ses ambitions

Au moment d’adopter le budget, la préfète n’a pas manqué de souligner à quel point les élus doivent faire preuve de discernement et de lucidité afin de répondre à l’ensemble des besoins de leur population.

«Le nouveau Pacte fiscal nous donne un peu de répit, a-t-elle fait observer. Mais c’est aussi dire à quel point nous avons dû compter sur la volonté des gouvernements pour obtenir chacune de nos parcelles de prospérité, à quel point cette prospérité est fragile lorsqu’il suffit d’une signature pour nous priver des moyens essentiels à notre développement.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média