Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

24 janvier 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Nouveau mode de scrutin: la région ne serait pas gagnante

La FQM doute du bien-fondé de la réforme proposée

Claire Bolduc

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Pour Claire Bolduc et la FQM, la réforme du mode de scrutin soulève plus de questions que de réponses.

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) doute du bien-fondé de la réforme du mode de scrutin telle que proposée dans le projet de loi 39 de la ministre Sonia Lebel.

Selon le projet de loi, le nombre de députés demeurerait le même, soit 125, mais ceux-ci seraient répartis en deux catégories: 80 députés de circonscription et 45 députés de régions. Les électeurs devraient alors effectuer deux votes: un pour un candidat de la circonscription et un autre pour la liste régionale de candidats proposée par un parti ou pour un candidat indépendant qui brigue le siège régional. Pour participer à l’attribution des sièges des régions, un parti devra avoir obtenu au moins 10 % des votes québécois dans les listes régionales. 

Vers quel député se tourner? 

La FQM émet des doutes quant à la pertinence de cette méthode et craint que la réforme ne crée deux classes de députés. 

«Vers quels députés la population, dont les élus municipaux, devra-t-elle se tourner pour faire avancer ses dossiers? De quelle façon le travail sera-t-il réparti entre les députés? De quelle manière les députés de formations politiques différentes parviendront-ils à s’entendre sur les dossiers prioritaires d’une région?», a questionné Claire Bolduc, administratrice de la FQM, présidente de la Commission permanente sur le développement social, les institutions et la démocratie de la FQM et présidente de la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue.

«À titre de porte-parole des régions, la FQM identifie le maintien du poids politique des régions et la proximité du député comme représentant effectif des citoyens comme des conditions incontournables d’une réforme du scrutin acceptable pour les régions. La FQM est ouverte à des propositions et des changements visant à améliorer notre mode de scrutin, mais après une analyse qui a associé des centaines d’élus de toutes les régions du Québec, force est de constater que le projet de loi actuel ne répond pas à ces conditions», a soutenu Jacques Demers, président de la FQM, maire de Sainte-Catherine-de-Hatley et préfet de la MRC de Memphrémagog. 

«De plus, l’immensité territoriale des nouvelles circonscriptions rendra impossible l’établissement de la proximité nécessaire pour la réalisation de projets et du suivi des dossiers entre le député, les élus municipaux et la population», a prévenu Mme Bolduc. 

Commentaires

27 janvier 2020

Robert G Roy

C'est drôle qu'on se contente seulement d'un 10% pour participer à l’attribution des sièges des régions. Cela devrait être minimalement 25% car je crois à l'importance des régions, quand je vois seulement 10% pour avoir accès à l'atrtribution des sièges dans nos région celà nous démontrer le manque de respect pour nos régions.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média