Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

29 janvier 2020

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Mesures additionnelles pour soutenir la formation professionnelle

Le financement va au-delà du nombre d'inscriptions

AB-FormationProfessionnelle_contexte

©Photo Commission scolaire de Rouyn-Noranda

Le mode de financement de la formation professionnelle, qui est presque exclusivement basé sur le nombre d’inscriptions, ne semble plus adapté à la réalité. Plusieurs acteurs du milieu de l’éducation réclament des changements.

Le responsable des relations de presse pour le ministère de l’Éducation, Bryan St-Louis, a mis l’accent sur différentes mesures complémentaires auxquelles ont droit les commissions scolaires pour financer la formation professionnelle.

Une enveloppe de 4,7 M $ en 2019-2020 a ainsi été attribuée pour faciliter le démarrage de petites cohortes. 

Une autre mesure permet de mettre en place une formule d’attractivité des élèves dans leur région. Pour 2019-2020, le gouvernement a prévu 1,4 M $. 

Une troisième mesure permet d’embaucher des ressources professionnelles et de soutien pour notamment accompagner les élèves dans leur cheminement et l’enveloppe budgétaire est de 11,5 M$ en 2019-2020. 

S’il remplit les conditions d’admissibilité, chacun des 68 centres de formation professionnelle du Québec a droit à ces mesures supplémentaires. Il peut ainsi obtenir jusqu’à 250 000 $ supplémentaires. 

Pas de financement stable 

La directrice de centres et de services de l’éducation des adultes et de la formation professionnelle à la Commission scolaire du Lac-Témiscamingue, Marie Luce Bergeron, a confirmé avoir eu recours à ces mesures. Cependant, a-t-elle précisé, elles ne sont pas pérennes. 

«Elles viennent aider, mais elles ne permettent pas d’assurer la stabilité dans notre financement, a-t-elle signalé. La mesure des petits groupes est déjà en place depuis plusieurs années. On en bénéficie, mais ce sont de petits montants. Cette mesure ne peut pas pallier la non-persévérance d’un élève. Si je démarre une cohorte en Production animale avec huit élèves et qu’à la fin du mois, quatre ont quitté le programme, je ne peux pas bénéficier de la mesure des petits groupes puisqu’il faut avoir cinq élèves ou moins dès le départ. Elle est là pour s’assurer que je puisse démarrer mon groupe même si je n’ai pas le nombre d’inscriptions requis pour le faire», a-t-elle tenu à préciser. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média