Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

18 février 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Le Vol du Colibri veut devenir un CPE

La garderie coopérative fait face à un probable déficit de 10 000 $

Vol du colibri garderie CPE Rouyn-Noranda

©Photo Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Élan de solidarité pour le projet de transformation du Vol du Colibri en CPE de Rouyn-Noranda. Sur la photo: France Caouette, directrice générale de la coopérative, Romance Tchakoua, éducatrice, Loïc Bureau, président du CA, Claudie Chaîné, cheffe en santé publique au CISSSAT, et Rémy Mailloux, directeur général de la Ressource.

Confrontée à un probable déficit de 10 000 $ sur un budget de 1,6 M $ pour 155 places en garderie, la coopérative Le Vol du Colibri de Rouyn-Noranda souhaite que le gouvernement autorise sa conversion en véritable centre de la petite enfance (CPE) avec places subventionnées.

«À l’heure ou le Québec se penche sur l’accès des enfants vulnérables à des services éducatifs de qualité dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre et dans l’optique où l’Abitibi-Témiscamingue est une région fortement en déficit de places subventionnées, transformer la coopérative en CPE permettrait de répondre rapidement et adéquatement aux besoins criants des parents, tout en assurant la pérennité de l’organisme», a plaidé Loïc Bureau, président du conseil d’administration et parent. 

Il a ajouté que soutenir Le Vol du Colibri permettrait d’offrir des conditions salariales décentes à ses éducatrices. En effet, les 66 éducatrices de la coopérative de solidarité gagnent en moyenne 20 % de moins que celles que l’on retrouve en CPE, sans fonds de pension et sans assurance collective. 

Par ailleurs, les tarifs pour les parents atteignent 38 $ par jour, dont un maximum de 37,20 $ est déductible d’impôts, contrairement au tarif réduit de 8,35 $ en CPE. En garderie non-subventionnée et non-coopérative, les places coûtent habituellement autour de 45 $. 

Santé publique 

Avec ses 155 places, Le Vol du Colibri détient près de 20 % du total des places en garderie à Rouyn-Noranda. Il s’agit donc d’un acteur essentiel dans ce secteur. De plus, l’organisme accueille des enfants vulnérables et doit même recourir à de l’aide financière de la Ressource pour personnes handicapées pour répondre à la demande. «Nous avons donné jusqu’à 7000 $ pour un enfant avec des besoins particuliers», a indiqué Rémy Mailloux, directeur général de la Ressource. 

Le CISSSAT appuie la démarche et a salué l’implication du Vol du Colibri, «qui vise à offrir un environnement favorable pour les familles vulnérables. L’accès à des places subventionnées est un pas supplémentaires en ce sens», a expliqué Claudie Chaîné, cheffe en santé publique au CISSSAT. 

Liste d’attente 

La mission du Vol du Colibri est de soutenir le développement des jeunes en coopération avec les parents. «Les listes d’attente en CPE sont d’environ 600 enfants. Nous, c’est environ 320 enfants», a illustré la directrice de l’organisme, France Caouette, qui souhaite que le dynamisme de la coopérative soit reconnu par le gouvernement «comme il l’a été depuis le début par la communauté de Rouyn-Noranda». 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média