Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

27 février 2020

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Consultation sur le projet hydroélectrique Onimiki

Conseil de la MRC de Témiscamingue en bref

Conseil MRCT

©Lucie Charest

Photo archives

Parmi les sujets à l’ordre du jour du Conseil de MRC, tenu le 26 février, le projet de mini centrale hydroélectrique, le développement du projet de piscine, la représentation du Témiscamingue au Grand rendez-vous des régions et la centralisation ont été abordés par les maires.

«L’adoption de la Loi 40 sur l’abolition des commissions scolaires, on peut avoir l’impression que ça ne nous concerne pas, a fait observer la préfète Claire Bolduc, lors de son mot d’ouverture du conseil. Mais moi, je dis: faisons attention. Nous sommes dans une période de centralisation à outrance, que ce soit en santé, en éducation, la Loi 37 qui autorise les achats groupés ou encore le gouvernement qui s’immisce dans les devoirs et les responsabilités municipales. Cet exercice de centralisation est dangereux pour les régions. Ça nous concerne tous. La centralisation, ce n’est pas parce que ce n’est pas notre secteur qui est touché qu’il ne faut pas s’en préoccuper.»

Consultations pour Onimiki

Une tournée de consultation citoyenne sera entamée en avril jusqu’en juin par la MRC afin que la population puisse s’exprimer sur le projet communautaire de minicentrale hydroélectrique Onimiki, qui est à l’étude depuis 2011. La tournée de consultation s’amorcera dans le Sud du Témiscamingue, où se trouvent les communautés les plus concernées par le projet.

«Nous souhaitons aller à la rencontre des citoyens pour vérifier leur compréhension du projet, leur intérêt, leurs attentes et leur vision, a indiqué Claire Bolduc. Le projet n’est pas entièrement ficelé. On ne veut pas aller leur imposer notre vision. Nous souhaitons plutôt leur faire connaître notre idée et leur demander comment ils aimeraient que nous l’améliorions. Notre objectif est de réaliser un projet avec lequel tout le monde est à l’aise et qui correspond aux attentes de tous.»

Rappelons que ce projet est porté par la MRC, Kebaowek et Wolf Lake, qui y voient un levier de développement important avec des redevances estimées à 1,8 M $ dès la première année. Celui-ci représente un investissement de 190 M $. La durée de la construction serait de deux ans et permettrait de créer plus de 200 emplois dans la région.

«Notre objectif est de réaliser un projet avec lequel tout le monde est confortable et qui correspond aux attentes de tous» - Claire Bolduc

Dépôt du projet piscine reporté

Le grand comité piscine a constaté que le dossier n’était pas suffisamment avancé pour le déposer le 21 février comme prévu. Il a davantage été convenu entre toutes les parties y siégeant, soit les utilisateurs et les municipalités impliquées, qu’il était préférable de le reporter afin de présenter un dossier qui avait le maximum de chances.

«L’autre aspect, la partie financement, évolue bien, a poursuivi Claire Bolduc. Dix municipalités se sont montrées intéressées à s’y impliquer financièrement. Sur les dix, huit ont déjà adopté une résolution en ce sens. Une autre municipalité avait des questionnements avant d’adopter sa propre résolution, alors qu’une autre souhaitait évaluer la position de Ville-Marie avant de s’engager.»

Le Témiscamingue à l’honneur au provincial et international

La nouvelle image du Témiscamingue voyagera jusqu’à Québec, le 29 avril, car le territoire a été choisi pour présenter sa stratégie d’attractivité lors du Grand Rendez-vous du développement local et régional de la Fédération québécoise des municipalités.

«Cette rencontre se tient une fois par année, a rappelé Mme Bolduc. C’est un grand rendez-vous, tant pour les élus que pour le personnel municipal et du développement. À chaque édition, un territoire est à l’honneur, et cette année, c’est le nôtre. Nous y présenterons notre image de marque et notre stratégie d’attractivité.»

Une délégation témiscamienne participant à Coopération-ruralité se rendra en France en septembre pour échanger et s’inspirer de modèles visant le maintien des services de proximité. Cette visite fait suite à l’accueil en sol témiscamien d’une délégation française l’automne dernier.

Règlement sur les chiens

Le Conseil de MRC a adopté son règlement sur les animaux de compagnie en concordance avec la loi provinciale qui vient d’être adoptée. «La principale différence est que l’enregistrement annuel pour les chiens est maintenant une obligation absolue, a signalé la préfète. Nous avons mandaté le Refuge pour animaux du Témiscamingue pour administrer ce volet du règlement sur le territoire.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média