Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

05 avril 2020

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Coronavirus: trois fois plus de cas en une semaine dans la région, Pikogan ferme la communauté

La situation des fermetures évolue à la suite des annonces faites par le gouvernement du Québec hier.

©Photo gracieuseté - Pixabay - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Sept cas confirmés au Coronavirus se sont ajoutés en Abitibi-Témiscamingue au cours des 24 dernières heures, ce qui porte le total à 83 personnes infectées dans la région depuis le début de la crise, selon la plus récente mise à jour du ministère de la Santé, ce dimanche à 13h.

C’est donc dire que le nombre de cas a triplé en Abitibi-Témiscamingue en l’espace d’une semaine (on dénombrait 27 cas le dimanche 29 mars). Et qu’il a doublé depuis mercredi, alors qu’on rapportait 41 cas.

Sur les 83 cas répertoriés dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT) en rapporte plus de 70 à Rouyn-Noranda, dont 13 dans une résidence pour personnes âgées (le Bleu Horizon), le reste étant réparti dans les MRC de la Vallée-de-l’Or, d’Abitibi (secteur d’Amos), d’Abitibi-Ouest et du Témiscamingue. Rappelons que, par souci de confidentialité, l’organisation ne précise pas le nombre de cas pour une MRC tant qu’il est inférieur à cinq.

Le CISSSAT dénombre toujours deux décès liés à la COVID-19 dans la région et cinq travailleurs de la santé touchés, contre 23 personnes rétablies.

La cheffe de Pikogan : «Fermer la communauté, la meilleure option»

D’autre part, le Conseil de la Première Nation Abitibiwinni de Pikogan a décrété un interdit d’entrée et de sortie de la communauté, sauf pour les services et déplacements essentiels, après l’annonce d’un premier cas confirmé de Coronavirus dans le secteur d’Amos.

Cette mesure de prévention doit entrer en vigueur lundi (le 6 avril), sur le coup de 15h, pour une période indéterminée, indique-t-on dans un communiqué du conseil de bande, lequel ne rapporte, à ce jour, aucun cas de COVID-19 parmi les résidents de Pikogan ou les travailleurs. «Nous avons pris cette difficile décision après avoir analysé toutes les options possibles, explique la cheffe Monik Kistabish.

«Nous en sommes venus à la conclusion que fermer la communauté était la meilleure option pour assurer la sécurité et la santé de nos membres, poursuit-elle. C’est une décision qui a été mûrement réfléchie et qui n’a pas été prise à la légère. Elle s’ajoute aux autres mesures que nous avons adoptées pour éviter que le virus ne s’attaque à notre population. Je demande à tous de respecter les consignes et de limiter tout déplacement non essentiel», mentionne Mme Kistabish.

François Legault : «On entre dans une phase critique»

À l’échelle provinciale, le ministère de la Santé rapporte 19 nouveaux décès causés par la COVID-19 (pour un total de 94) et 947 nouveaux cas confirmés (pour un total de 7944), en plus de 525 patients hospitalisés (une hausse de 47 au cours de la dernière journée), dont 154 aux soins intensifs (une augmentation de 24).

«On entre dans une phase critique et décisive de la bataille pour aplanir la courbe (de progression) du virus, a souligné le premier ministre François Legault lors de la conférence de presse quotidienne du gouvernement du Québec, tout en annonçant le prolongement jusqu’au 4 mai de la période de confinement dans la province.

«C’est donc très important de ne pas relâcher nos efforts, parce que si on relâche, ça va seulement retarder le retour à une vie plus normale, a-t-il ajouté. Donc, on reste à la maison, mais s’il faut absolument sortir, on respecte les 2 mètres de distance entre les personnes et on se lave les mains souvent», a répété M. Legault.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média