Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

18 septembre 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Émilise Lessard-Therrien parle de ses priorités

Garderie, main-d’œuvre, transport

La députée Emilise Lessard-Therrien, en pleine conciliation travail-famille !

©Adeline Mantyk - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Émilise Lessard-Therrien prépare son retour à l’Assemblée nationale. On la voit ici avec sa première fille, en 2019.

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, prépare tranquillement sa prochaine session parlementaire, tout en prenant soin de son deuxième bébé, une jolie petite fille née en juin.

La jeune maman entend justement continuer à se battre pour augmenter le nombre de places en garderie. «Il n’y a pas une semaine, où on n’a pas un courriel ou un appel de parents qui sont dépourvus parce qu’ils n’ont pas de place. C’est problématique pour le retour au travail», a-t-elle déclaré en faisant le lien avec la pénurie de main-d’œuvre, qui frappait déjà la région avant le début de la crise pandémie. À l’aube d’une possible deuxième vague, la députée crainte pour le système de santé. «Imaginez comment ça a pu fragiliser, encore plus, nos ressources humaines dans ce système. On veut s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre!»

Transport et communications

L’enjeu du transport collectif interurbain et de la desserte aérienne interpellent la députée. «Air Canada a repris des vols, mais l’assiduité ne semblerait pas être au rendez-vous», a-t-elle déploré. Cela entrainerait plusieurs problèmes en lien avec les ressources humaines qui utilisent le service.

Internet et attractivité

L’avènement du télétravail massif, découlant de la crise sanitaire, a exacerbé l’ampleur des problèmes liés à la desserte internet et cellulaire, en région. Mme Lessard-Therrien affirme qu’elle travaille fort sur ce dossier. Elle a mis en lumière la nouvelle réalité émergente de ce phénomène, celui de la délocalisation de la main d’œuvre. «C’est intéressant pour une région comme la nôtre, parce que nous avons beaucoup à offrir sur le plan de la qualité de vie», a-t-elle souligné en misant sur l’attraction que cela pourrait avoir sur des personnes travaillant au sein de la fonction publique, par exemple.

L’élue de Québec solidaire dit continuer de travailler à la réalisation du Centre aquatique de Rouyn-Noranda ainsi que les  logements sociaux «on fait beaucoup de représentation à ce niveau». Tout dépendra des budgets réservés par le gouvernement pour les infrastructures, selon elle.

La mairesse et la députée déçues par le gouvernement

En août, la mairesse et préfète de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire et le maire de Malartic, Martin Ferron, avaient regretté ne pas avoir été invités lors du passage de François Legault en région. «J’aurais grandement souhaité m’entretenir avec le premier ministre pour discuter de nos enjeux territoriaux et régionaux», avait déclaré Mme Dallaire, avant d’ajouter qu’une invitation serait lancée. «Nous sommes d’avis que les citoyens de Rouyn-Noranda méritent aussi d’être entendus par leur premier ministre!», avait-elle renchérit . De son côté, Émilise Lessard-Therrien a dit être déçue par l’attitude partisane de la CAQ.  «Pour un gouvernement qui se réclamait du changement, on n’en a pas vu le résultat. Je suis fâchée quand des ministres viennent en région ou dans le comté et qu’ils ne me le disent pas. Je serais contente de leur présenter des dossiers, de leur faire rencontrer des gens», a-t-elle déclaré. Toutefois, la situation ne serait pas propre à la région ni à son parti. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média