Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

02 octobre 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Cinq nouveaux cas de COVID-19 dans la région

Il faut remonter au pic de la première vague pour atteindre un nombre similaire de cas quotidiens

COVID-19

©Depositphotos

Le port du masque, le lavage fréquent des mains et le maintien de la distanciation sociale demeurent essentiels pour éviter que la deuxième vague, confirmée le 25 septembre par le CISSSAT, ne devienne hors de contrôle.

Le CISSSAT a confirmé l'ajout de cinq nouveaux cas de COVID-19 au cours des dernières 24 heures dans le décompte régional. Il faut remonter au pic de la première vague, au début d'avril, pour obtenir un nombre similaire de cas quotidiens.

Lors de son bilan quotidien du 2 octobre, le CISSSAT a indiqué que cinq cas supplémentaires de COVID-19 avaient été confirmés par les autorités de santé publique, en date du 1er octobre à 16h. Le nombre de cas actifs dans la région est donc de 16 en ce moment, tandis que 188 personnes se sont rétablies et qu'on ne déplore encore, à date, que quatre décès depuis le début de la pandémie.

Les ajouts des dernières 24 heures portent donc à 208 le nombre total de cas confirmés dans la région depuis le début de la pandémie, à la mi-mars. Un cas s'est ajouté à Rouyn-Noranda (145), un au Témiscamingue (23), deux dans la Vallée-de-l'Or (13) et un dans la région d'Amos (12), tandis que l'Abitibi-Ouest demeure toujours à 14 cas, un chiffre qui n'a pas bougé depuis le 2 septembre.

Le CISSSAT a cependant précisé que, des cinq personnes nouvellement infectées par le virus, trois ne se trouvent pas sur le territoire de l'Abitibi-Témiscamingue en ce moment. Elles sont néanmoins incluses dans le décompte régional puisque depuis le début de la pandémie, la Santé publique répartit les cas en fonction de leur adresse de résidence et non selon l'endroit où les gens ont reçu leur diagnostic. «Par contre, ces personnes sont prises en charge par la Santé publique de la région où ils se situent présentement», a expliqué le CISSSAT, sans toutefois préciser quels individus se trouvaient hors de la région.

Deuxième vague confirmée

Le vendredi 25 septembre, les autorités du CISSSAT et de la Direction régionale de santé publique ont confirmé que la deuxième vague de COVID-19 était bel et bien enclenchée en Abitibi-Témiscamingue. La situation des derniers jours commence en effet à présenter des similitudes à ce qu'on a pu observer dans la région durant le pic de la première vague, au début d'avril.

À partir du 31 mars et jusqu'au 12 avril, on dénombrait de quatre à six nouveaux cas par jour, avec des pointes qui étaient allées jusqu'à 18 cas en 24 heures entre le 3 et le 4 avril, puis entre le 5 et le 6 avril. C'est à ce moment que le territoire de Rouyn-Noranda avait été placé en quarantaine totale. Puis, à partir du 12 avril, la première vague s'était amenuisée, alors que de un à deux cas seulement s'ajoutaient au décompte, d'une journée à l'autre, et ce, jusqu'au 18 juin. Pendant les 10 semaines suivantes, seuls 11 cas avaient été déclarés. À compter du 31 août, le nombre est doucement reparti à la hausse, une cadence qui s'est cependant accélérée depuis le 24 septembre.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média