Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

22 octobre 2020

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Ratios alarmants dans les CHSLD

La FIQ SISSAT accentue la pression pour des ratios plus sécuritaires pour les résidents et les employés

FIQ-SISSAT

©Photo Gracieuseté

Le manque de personnel en CHSLD représente un danger dans plusieurs CHSLD de la région, selon la FIQ-SISSAT.

Selon le Palmarès des pires ratios infirmière/patient en CHSLD, dressé par la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), le manque de personnel place plusieurs établissements de la région parmi les plus dangereux du Québec.

Ainsi, les CHSLD de Senneterre et de Témiscaming-et-Kipawa affichent des ratios très dangereux selon la FUQ, soit une infirmière auxiliaire pour 10 patients pour les quarts de jour, soir et nuit à Senneterre et une pour 14 pour le quart de nuit à Témiscaming-et-Kipawa. Le Syndicat interprofessionnel en soins de santé de l’Abitibi-Témiscamingue (FIQ-SISSAT) interpelle donc le gouvernement pour une réduction de la surcharge de travail. 

Alexandre Vallière, secrétaire de la FIQ-SISSAT tire la sonnette d’alarme. «Nos membres veulent offrir des soins adéquats, donc elles vont travailler plus rapidement et elles vont se brûler. Il y a plus de risques pour les patients aussi. Par exemple, il y a un patient avec de l’eau sur les poumons, qui doit être surveillé. Au même moment un autre chute plus loin. Ce dernier risque d’attendre plus longtemps au sol, parce que l’infirmière doit continuer de surveiller le premier», a-t-il illustré. 

118 patients pour une infirmière à Macamic 

L’un des pires ratio du Québec aurait été identifié à Macamic, celui-ci pouvant atteindre par moments 118 patients pour une seule infirmière. Il s’agit d’une réalité inacceptable pour la FIQ-SISSAT, qui demande l’affichage de postes pour améliorer ces ratios ainsi que l’embauche de personnel supplémentaire. 

«À plusieurs reprises, nous avons fait des interventions dans ce dossier et nous sommes ouvertes à avoir des discussions avec l’employeur pour avoir des affichages de postes à Macamic. Nous voulons qu’autant les résidents que les membres puissent bénéficier des avantages des ratios sécuritaires. Il est temps que le premier ministre François Legault tienne parole et instaure une loi sur les ratios sécuritaires. Entre-temps le CISSSAT doit assurer des soins humains aux résidents et des conditions de travail acceptables pour les professionnelles en soins», a déclaré Véronique Éthier, présidente du FIQ-SISSAT. 

 

La dangerosité des neuf CHSLD de l’Abitibi-Témiscamingue selon le Palmarès de la FIQ

Senneterre

Très dangereux

Témiscaming Kipawa

Très dangereux

Malartic

Dangereux ++

Val-d’Or

Dangereux ++

Pie-XII

Dangereux ++

Macamic

Dangereux +

Amos

Dangereux +

Hôpital de Rouyn-Noranda

Dangereux +

La Sarre

Problématique

Ville-Marie

problématique

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média