Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Publireportages

Retour

27 octobre 2020

Pharmacien : un métier d’avenir au Québec?

Publireportage

phramacie

©depositphotos.com

Dans un futur rapproché, où la pandémie de COVID-19 sévit encore, la question ne se pose pas : le Québec a plus que jamais besoin d’une relève de pharmaciens qui saura répondre aux nombreux besoins de la population en matière de santé.

Dans un futur rapproché, où la pandémie de COVID-19 sévit encore, la question ne se pose pas : le Québec a plus que jamais besoin d’une relève de pharmaciens qui saura répondre aux nombreux besoins de la population en matière de santé. En ce qui concerne un avenir lointain, le même constat s’impose. Tant qu’il y aura des gens à soigner et des médicaments à prescrire, les pharmaciens auront leur place. Si l’on examine un peu plus profondément les caractéristiques et la réalité de la profession, on remarque un bon nombre d’avantages démontrant qu’il est judicieux d’entreprendre des études dans le domaine des médicaments…

Différentes catégories de pharmacien

Il existe quatre grands groupes répertoriant les pharmaciens certifiés : les pharmaciens œuvrant dans un établissement de santé (hôpitaux), les pharmaciens en GMF (groupe de médecine de famille), les pharmaciens en milieu non traditionnel (notamment l’armée et l’enseignement du métier) et, les plus connus, les pharmaciens communautaires qui travaillent dans des pharmacies commerciales afin de servir la population.

Un taux de placement alléchant

Depuis les 5 dernières années au Québec, le métier de pharmacien possède un taux de placement de 95%. Le salaire s’y rattachant est tout aussi alléchant! En moyenne, le salaire minimum d’un pharmacien se chiffre à 42,05$ par heure pour atteindre environ un maximum de 53,11$ par heure.  Près de 70% de l’ensemble des pharmaciens travaillent dans des pharmacies communautaires. 33% d’entre eux sont propriétaires de la pharmacie. Ce chiffre n’est pas surprenant lorsqu’on sait que seuls les pharmaciens peuvent être propriétaires d’une pharmacie au Québec.

Répondre à une pénurie

Au Québec, plus spécifiquement dans les régions des Laurentides, de la Montérégie, de Lanaudière et de l’Outaouais, il manquerait environ quelques centaines de pharmaciens communautaires. Il y a également plusieurs offres d’emplois pour des pharmaciens remplaçants, spécialement au sein de pharmacies communautaires.

Il n’est pas si compliqué de trouver un pharmacien, pour un remplacement en pharmacie, qui sera compétent et en mesure de s’adapter à plusieurs dynamiques de travail. En effet, les avantages sont nombreux et peuvent attirer facilement des candidats. Le salaire d’un pharmacien remplaçant comprend les allocations de déplacement. Un pharmacien remplaçant ne se complait pas dans une routine et dans un même établissement. Il a l’opportunité d’élargir ses horizons et d’approfondir ses connaissances.

Un pharmacien remplaçant est libre de gérer ses horaires comme il l’entend dans la mesure que lui permettent ses contrats. Au même titre qu’un pharmacien régulier, ses principales tâches sont de vérifier les ordonnances prescrites par le médecin, s’assurer que la posologie est exacte et qu’elle prenne compte de l’état de santé du client, de porter une attention particulière à certaines précautions et vérifier si un médicament peut interagir avec un autre médicament pris par le patient.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média