Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

07 février 2021

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Aide fédérale non adaptée pour les agriculteurs de la région

Sébastien Lemire dénonce les coûts et les risques de propagation de la COVID-19

Ferme_moisson

©Patrick Rodrigue - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Selon Sébastien Lemire, le Programme d’aide pour l’isolement obligatoire des travailleurs étrangers temporaires devrait être bonifié.

Selon le député bloquiste d’Abitibi-Témiscamingue, Sébastien Lemire, l’aide fédérale octroyée par le Programme d’aide pour l’isolement obligatoire des travailleurs étrangers temporaires (PAIOTET) est insuffisante et non adaptée à la réalité régionale. De plus, il demande une bonification de la somme maximale par individu. 

«Le PAIOTET prévoit une contribution maximale de 1500$ par travailleur étranger afin de défrayer les coûts d’hébergement, de repas et de salaire pour chacun des individus qui doivent être placés en quarantaine obligatoire de 14 jours à leur arrivée au pays», a expliqué M. Lemire. 

Or, cette mesure entraîne des coûts importants pour les agriculteurs. Le député estime que ceux-ci sont sous-estimés par Ottawa et que le maximum remboursable devrait être plus élevé. Il réclame aussi des ajustements pour que l’aide soit mieux adaptée aux réalités des régions comme l’Abitibi-Témiscamingue. 

«On doit offrir aux agriculteurs l’alternative que la quarantaine obligatoire s’effectue à proximité de l’aéroport international où les travailleurs étrangers atterriront afin de limiter la propagation du virus. De plus, cette solution éviterait aux producteurs agricoles, ayant déjà des horaires surchargés, de perdre deux jours de travail pour aller chercher les travailleurs étrangers pour ensuite devoir se mettre eux-mêmes en quarantaine», a-t-il évoqué. 

Publicité

Défiler pour continuer

Avec la pénurie de main-d’œuvre et les défis auxquels les entreprises agricoles font face, le député du Bloc Québécois juge qu’il faut soutenir adéquatement les agriculteurs. «C’est notre devoir de le faire pour assurer notre subsistance à court, moyen et long terme», a-t-il fait valoir. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média