Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

10 mars 2021

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Jusqu’à 9 milliards $ à Rouyn-Noranda d’ici 2050

La Ville dépose un ambitieux projet de Zone d’innovation minière

Rouyn_Noranda_Zone_innovation_miniere_2050

©Ville de Rouyn-Noranda

Si le projet déposé par la Ville de Rouyn-Noranda devait se concrétiser, plusieurs bâtiments pourraient éventuellement être ajoutés au complexe formé actuellement par le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue et l’UQAT, comme en fait foi cette infographie intitulée «ZIM – Vision 2050».

Rouyn-Noranda pourrait éventuellement développer sur son territoire un nouveau quartier destiné à favoriser l’innovation dans le domaine minier. Le 10 mars, la Ville a officiellement déposé un projet en ce sens au ministère de l’Économie et de l’Innovation.

Cette démarche ambitieuse s’inscrit dans une volonté exprimée par le gouvernement Legault de réunir dans des territoires délimités plusieurs acteurs socioéconomiques, chercheurs et entreprises afin de favoriser la commercialisation et l’exportation des innovations dans tous les domaines. La synergie qui devrait en découler devrait également attirer plus facilement les investissements, et ce, autant à l’échelle nationale qu’en provenance de l’étranger.

La Zone d’innovation minière (ZIM) de Rouyn-Noranda miserait sur la collaboration d’une vingtaine de partenaires publics et privés. Outre la Ville de Rouyn-Noranda, on y retrouve l’UQAT, le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, Agnico Eagle, Mine Canadian Malartic, Iamgold Mine Westwood, Glencore Canada Mine Raglan, Newmont Mine Éléonore, Glencore Canada Fonderie Horne, Yamana Gold, Ressources Falco, Technosub, Blais Industries et Hydro-Québec, entre autres.

Un nouveau quartier autour du Cégep et de l’UQAT

Publicité

Défiler pour continuer

Si le projet devait être retenu par le gouvernement, la ZIM proposerait un programme d’investissement majeur qui comprendrait la création de nouvelles infrastructures et entreprises à Rouyn-Noranda, le développement au Cégep et à l’UQAT de programmes de recherche appliquée spécifiquement dédiés à l’innovation minière ainsi que le déploiement de services de soutien à l’innovation et à la commercialisation uniques au Québec. La ZIM verrait aussi naître dans le secteur du Cap d’Ours un nouveau quartier couvrant environ 70 hectares qui serait intégré aux infrastructures déjà existantes du Cégep et de l’UQAT.

«Le projet déposé aujourd’hui permettra, certes, au secteur minier de prendre un essor phénoménal, mais les retombées seront pour l’ensemble de notre population» - Diane Dallaire

L’objectif visé par la Ville est audacieux. Selon l’évaluation incluse dans le dossier de candidature, celle-ci estime que les projets de développement qui verraient le jour sur son territoire grâce aux investissements publics et privés pourraient totaliser jusqu’à 5 milliards $ d’ici 2030 et près de 9 milliards $ d’ici 2050.

«Le projet déposé aujourd’hui permettra, certes, au secteur minier de prendre un essor phénoménal, mais les retombées seront pour l’ensemble de notre population. Plus qu’un espace d’innovation, la ZIM se veut un milieu de vie, un quartier mixte et convivial, où les transports actifs et collectifs seront encouragés et l’environnement naturel, valorisé», a fait valoir la mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire.

Plusieurs projets déjà dans les cartons

Afin de mousser la ZIM aux yeux du ministère de l’Économie et de l’Innovation, la Ville de Rouyn-Noranda a présenté dans son dossier de candidature plusieurs projets qui pourraient en bénéficier.

Parmi ceux-ci, on retrouve le développement d’applications en intelligence artificielle adaptée à l’automatisation des mines, la création d’un centre de formation minière à distance, la mise sur pied d’un consortium d’équipementiers destiné à améliorer la performance des modèles d’affaires, la mise en place de vitrines de démonstration de nouvelles technologies, la construction de nouveaux laboratoires destinés à la recherche et au développement ainsi que la réhabilitation du lac Osisko et la mise en valeur de son écosystème.

Un ciel favorable

La balle est maintenant dans le camp du gouvernement. La Ville de Rouyn-Noranda croit cependant que la ZIM a de bonnes chances d’être retenue. Dans son dossier, elle fait notamment valoir la présence déjà bien établie de l’industrie minière sur son territoire, les nombreux travaux et recherches effectués par le personnel de l’UQAT et du Cégep dans le domaine minier ainsi que sa propre vocation minière depuis sa fondation, en 1926.

«En regroupant les acteurs d’un écosystème innovant dans un environnement collaboratif et stimulant, la ZIM favorisera l’intégration efficace de ses composantes, la mutualisation des ressources, attirera les investissements et accélérera le passage de l’idée au marché», peut-on lire dans le dossier de candidature.

Commentaires

14 mars 2021

Michel Beaucage, ancien résident

Bonne nouvelle pour Rouyn-Noranda et l'Abitibi au complet.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média