Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

03 mai 2021

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

La Biennale d’art miniature souffle ses 15 bougies

Cette édition rétrospective comprendra 135 œuvres en provenance de 11 pays

BIAM 15e edition

©Gracieuseté BIAM

Émilie B. Côté, au centre, est posée en compagnie de Danielle Desjardins et Joanne Poitras, qui ont fait partie de l’équipe des fondateurs de la BIAM.

La 15e édition de la Biennale internationale d’art miniature (BIAM) a ceci de particulier qu’elle sera constituée uniquement de nouvelles œuvres des artistes qui ont mérité un prix lors des éditions précédentes, et ce, depuis les touts débuts, en 1992.

«Il s’agit donc d’une exposition qui célèbre l’excellence, a souligné Émilie B. Côté, coordonnatrice de la BIAM 2021. Elle comprendra 135 œuvres miniatures au total, en provenance de 11 pays, soit le Canada, la République tchèque, l’Ukraine, l’Australie, le Brésil, les États-Unis, l’Argentine, la Pologne, Israël, la France, et la Slovénie.»

Fait à noter, pour cette édition anniversaire, il n’y aura exceptionnellement aucun jury pour décerner des prix dans les différentes catégories, contrairement aux précédentes éditions. «Cependant, a poursuivi Mme B. Côté, les visiteurs pourront voter pour leur œuvre préférée et un prix du public sera offert à l’artiste gagnant.»

Place à l’histoire

Un coin de la salle d’exposition sera entièrement réservé à l’historique de cet événement de calibre international. Ainsi, les visiteurs pourront y découvrir les jurys des éditions précédentes, les œuvres primées de même que les différentes thématiques exploitées à chacune des éditions.

«C’est pour nous une façon originale d’observer tout le chemin parcouru et de constater l’ampleur de l’influence de l’événement sur la région, mais aussi sur les artistes d’ici et d’ailleurs qui ont, à chaque édition, questionné leur démarche artistique pour nous offrir des œuvres grandioses dans un tout petit format», a souligné la coordonnatrice de l’événement.

Un recueil d’une centaine de pages découlera de cette exposition, qui célèbre le parcours de la BIAM. Il sera tout d’abord présenté en français, puis traduit vers l’anglais afin de l’offrir aux participants ontariens et internationaux.

Fondatrices présidentes d’honneur

Danielle Desjardins et Joanne Poitras faisaient partie des fondateurs de l’événement. Toutes deux impliquées dans le milieu culturel depuis de nombreuses années. Danielle Desjardins fut à la direction de la salle d’exposition de 1989 à 1995, pour ensuite œuvrer à la radio locale, tout en demeurant à la tête du conseil d’administration du Rift. Elle se dirige en 2010 vers l’enseignement en milieu autochtone et poursuit à ce jour sa mission de promouvoir l’art et la culture anishinabe sur le territoire. Joanne Poitras, quant à elle, participe activement au développement de l’art en Abitibi-Témiscamingue. Elle a également été cofondatrice de l’Atelier Les Mille-feuilles de Rouyn-Noranda tout en multipliant les projets d’exposition. Elle s’est récemment démarquée en participant à la Biennale nationale de sculpture contemporaine de Trois-Rivières. Joanne Poitras assume également la signature visuelle de cette édition anniversaire de la BIAM.

Vernissage virtuel, spectacle et conférence

Dans un contexte de pandémie, le vernissage se tiendra sur Zoom, le 4 juin à 17h. Par contre, le volet spectacle sera maintenu et plutôt présenté au Théâtre du Rift. Joseph Edgar, bien connu pour son succès «Espionne russe», viendra s’exécuter sur la scène du Rift accompagné de ses musiciens Sunny Duval et Jocelyn Gagné.

Le 10 juin, une conférence virtuelle sera dirigée par Luce Pelletier. Les particularités de l’art miniature, les défis qui s’y rattachent et le rapport au spectateur y seront abordés. Artiste participante de la Biennale à plusieurs reprises, récipiendaire du prix sculpture en 1994, Mme Pelletier a aussi rédigé son mémoire de maîtrise sur les œuvres d’art de petit format à l’Université de Montréal. Carmelle Adam, directrice du Centre d’exposition de Val d’Or et ancienne directrice de la Salle Augustin-Chénier, aujourd’hui appelée le Rift, prendra aussi part à la discussion.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média