Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

05 août 2021

Aline Essombe - aessombe@lexismedia.ca

Pour toucher le coeur des gens

Un nouvel album tout en algonquin pour Samian

Samian

©Photo: Archives

Le célèbre rappeur et acteur abitibien Samian est sur le point de lancer son cinquième album en carrière, son premier entièrement en algonquin, une oeuvre signée par sa propre maison de production, Nikamo Musik.

Le rappeur abitibien Samian sortira son cinquième album ce week-end, son premier entièrement en algonquin, via son propre label de production Nikamo Musik. Il le présentera pendant le 31e Festival international Présence autochtone, durant un concert à Montréal.

Samian reste un artiste engagé et indépendant. Son nouvel album réunit ces deux caractéristiques. « J’ai toujours rappé en algonquin, commence par expliquer Samian.

« Cet album-là, j’avais vraiment à cœur de le faire entièrement en algonquin, j’ai l’impression d’être rendu là. Dans mes premiers albums, je mettais peut-être parfois le refrain ou un couplet en algonquin, alors que celui-là, ça fait 18 mois que je travaille dessus. Et la dernière chanson de l’album est en fait la première que j’ai faite entièrement en algonquin », indique-t-il.

Son nouvel album, « Nikamo », sort dans la foulée du scandale des pensionnats autochtones, qui n’ont pas non plus épargné l’Abitibi, sa région d’origine, lui qui vient de Pikogan. Le 1er juillet dernier, la Ville d’Amos avait d’ailleurs mis son drapeau en berne en solidarité avec la communauté algonquine voisine, et avec les autochtones de la Colombie-Britannique et de la Saskatchewan qui découvraient l’horreur des pensionnats.

« Je pense qu’avec ce qui se passe dans l’actualité cette année, avec la découverte des enfants des pensionnats autochtones, moi j’avais à cœur de rendre cet album », confie Samian.

Il était donc crucial pour l’artiste de continuer son travail de sensibilisation et de valorisation de sa culture auprès de son public, comme il le fait auprès des jeunes depuis une quinzaine d’années.

Une culture assumée

Samian (Samuel Tremblay de son vrai nom) considère que sa musique peut être comprise tant par un public venu d’ailleurs que par les Premières Nations. Pour lui, « créer, photographier », transformer « du négatif en positif », c’est la définition même de ce qu’est la musique.

« On essaie de faire passer un message qui est rassembleur. Ça existe pour ça, ça vient du cœur, donc c’est la seule façon, je crois, que l’on peut réussir à toucher le cœur des gens, avec le cœur, donc la musique, c’est ça à la base, pour moi, c’est l’écriture, je suis passé par l’écriture depuis plusieurs années, et le rap s’est imposé par lui-même, signale-t-il.

« Que ce soit en français ou en algonquin, dans le deuxième ou le troisième album, on a joué dans une vingtaine de pays à travers le monde, donc que le monde ne comprenne pas l’algonquin est une chose, mais il y a des fois où les gens ne comprennent juste même pas le français!», note ensuite Samian, qui rappelle qu’il a pu jouer sur les scènes d’Asie, d’Europe, d’Afrique et d’Amérique latine, en chantant autant en français que dans sa langue natale.

Une production indépendante

Samian est aussi un artiste impliqué. Depuis une quinzaine d’années, il parcourt le monde et les salles de classe du secondaire pour rencontrer les jeunes et parler des textes de son rap, qui sont d’ailleurs étudiés à l’école. Il souhaite également aller à la rencontre d’autres talents, en passant par sa maison de production Nikamo Musik.

« Pour moi, c’était à la base pour produire mon cinquième album, mais finalement, c’est devenu un label pour aider les jeunes artistes à leur faire comprendre ce que ça représente, la production d’un disque, explique Samian. Ça fait 15 ans que je fais ce métier-là et j’ai envie que les jeunes artistes connaissent ce que ça implique », conclut-il.

Samian est déjà sur l’écoute de maquettes de musique d’artistes indépendants en tant que producteur. En plus de sa musique, le rappeur est aussi acteur de séries télévisées et apparaitra prochainement dans une série documentaire.

 

En résumé

Samian est un artiste algonquin de la communauté de Pikogan, près d’Amos, qui rappe depuis une quinzaine d’années. Il sort son cinquième album ce week-end à l’occasion du 31e Festival Présence autochtone à Montréal. Cet album a la particularité d’être entièrement en algonquin et produit par sa propre maison de production, Nikamo Musik, qui signifie « chante » en langue algonquine.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média