Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

10 août 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Le Bloc veut une sortie de crise avant des élections

Le parti indépendantiste procède à son bilan

Sébastien Lemire Sylvie Bérubé Yves-François Blanchet - Bloc québécois

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le Bloc Québécois souhaite des efforts supplémentaires pour sortir de la crise sanitaire au lieu d’avoir des élections.

POLITIQUE - Avec le scénario d’élections fédérales qui semble de plus en plus imminent, les députés régionaux Sylvie Bérubé et Sébastien Lemire insistent sur le fait que personne ne veut retourner en processus électoral.

Réunis en caucus élargi, le 8 août à Shawinigan, les membres du Bloc Québécois ont réitéré leur position en vue d’un déclenchement des élections par le premier ministre Justin Trudeau.

De plus, avec la menace de la COVID-19 et du variant Delta, le chef Yves-François Blanchet veut que le parti au pouvoir mette l’accent sur une sortie de crise. Selon lui, la Chambre des communes doit reprendre ses travaux en automne pour continuer à plancher sur les dossiers de la gestion de l’offre, du rehaussement des semaines de prestations d’assurance-emploi et du projet de loi C-10.

«Personne ne veut d’une élection en ce moment: le Québec n’en veut pas; le Canada n’en veut pas; le Bloc n’en veut pas; les autres partis n’en veulent pas; et même certains libéraux n’en veulent pas. Nous suggérons plutôt à Justin Trudeau d’opter pour une prudente sagesse et faire comme il l’a très souvent fait après avoir tergiversé: écouter le Bloc Québécois et ne pas tenir d’élection», a lancé M. Blanchet, par voie de communiqué.

Bilan régional

Du côté de Sylvie Bérubé et de Sébastien Lemire, les députés régionaux ont mis l’accent sur les dossiers de l’agriculture et de la pénurie de main-d’œuvre lors de leur bilan.

Le député d’Abitibi-Témiscamingue estime que son camp a des solutions pour contrer ce problème majeur dans la région. «L’innovation sera un facteur d’avenir déterminant dans la maximisation des opérations et le gain en productivité pour créer autant de richesse, de façon plus verte, mais avec moins de travailleurs disponibles, tout en maximisant les incitatifs de retour au travail», a énuméré Sébastien Lemire.

Sa collègue dans la circonscription d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou ajoute que les pressions de son équipe ont forcé le gouvernement à appliquer le projet de loi C-208, qui facilite la transmission familiale d’entreprises agricoles.

«Le Bloc Québécois a aussi contraint le gouvernement à reculer dans le dossier du glyphosate. Incité par la multinationale Monsanto, Ottawa s’apprêtait à tripler les seuils permis pour les légumineuses et les petits fruits, et ce, alors que la planète s’efforce d’en réduire l’utilisation. Nous avons haut et fort dénoncé cette aberration. À la suite des pressions exercées, Ottawa a suspendu le rehaussement des seuils jusqu’en 2022, mais il faudra demeurer vigilants», a précisé Sylvie Bérubé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média