Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

09 septembre 2021

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Centraide ATNQ lance sa 36e campagne, le vent dans le dos

Daniel Paré - Mélanie Perreault

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le vice-président exploitation Est du Canada chez Agnico Eagle, Daniel Paré, pose avec la directrice générale de Centraide ATNQ, Mélanie Perreault.

SOLIDARITÉ - La crise sanitaire n’a été aucunement un obstacle pour la faction régionale de Centraide. Débutant sa 36e campagne de financement, jeudi après-midi, l’organisme a enregistré des investissements records au courant de la dernière année.

Le regroupement ne pouvait pas plus être excité à l’approche de sa campagne 2021-2022. Rassemblé au Club Sports Belvédère de Val-d'Or pour le Tournoi de golf des directeurs de mines, celui-ci a connu une progression fulgurante depuis deux ans.  

Au printemps dernier, 700 000$ ont été investis dans des causes sociales, comparativement à environ 425 000$ durant l’année précédente. C’est sans compter le million de dollars qui a été distribué via le fonds d’urgence. Par ailleurs, le 8e Tournoi de golf des directeurs de mine prévoyait attirer une dizaine de dirigeants miniers et un total de 185 participants. 

Si aucun objectif précis n’a été émis pour 2021-2022, Centraide Abitibi-Témiscamingue/Nord-du-Québec (ATNQ) compte faire davantage de choix précis sur des organismes avec qui elle a des partenariats. Sa directrice générale Mélanie Perreault veut ainsi augmenter l’impact des investissements. Plus de 60 organismes auront comme mission de rejoindre les gens dans leur milieu. Un peu plus de 70 campagnes à travers les milieux de travail seront organisées. 

«Donner un petit peu à tout le monde, ce n’est pas mieux. Si on veut que Centraide, comme investisseur social, s’associe avec des organismes et des montants significatifs pour être capable de mesurer l’impact dans le soutien, il ne faut pas donner des peccadilles», lance Mme Perreault 

«Centraide gère les fonds de manière rigoureuse. L’argent qui y est investi va aller soutenir les causes. Donner à Centraide fait partie d’un grand mouvement collectif pour améliorer notre société», a ajouté le vice-président exploitation Est du Canada chez Agnico Eagle, Daniel Paré, qui agissait en tant que président d’honneur de la journée. 

Plus qu’un bailleur de fonds 

Au-delà des actions pour aider les populations vulnérables, Centraide ATNQ veut se dissocier quelque peu d’un mythe persistant autour de lui, comme quoi l’administration ne fait rien qu’amasser de l’argent pour le redistribuer par la suite. Lors de la conférence de presse, Mélanie Perreault a réitéré le fait que l’organisme a une dimension plus grande que celle rattachée à l’argent. 

«On veut arrêter d’être vu comme un bâilleur de fonds, qu’on ramasse de l’argent pour la redonner. Je déteste le mot ‘’redistribuer’’. Ce sont des investissements sociaux qu’on fait. On est <@Ri>pluggués<@$p>. C’est notre job de le faire, d’avoir cette expertise-là et de travailler avec plusieurs acteurs de la société. On les voit régulièrement, donc on est au fait des enjeux sociaux et de leur évolution», souligne-t-elle. 

Parmi les projets sur la table, Centraide ATNQ veut étudier en profondeur, notamment, les coûts de transport pour les denrées alimentaires en provenance de l’extérieur de la région. 

«On sait qu’il y a une étude qui est en train de se faire sur le logement social dans la région. Même si on n’est pas directement impliqué, on est à l’affût des résultats pour pouvoir savoir comment contribuer aux recommandations», affirme Mélanie Perreault. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média