Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

23 septembre 2021

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

La MRCVO craint une découverture pour Senneterre

En raison de la rupture de services à l’urgence

Martin Ferron

©Photo: Archives/Le Citoyen - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le préfet de la MRCVO, Martin Ferron, interpelle le ministre de la Santé pour régler le dossier de l'urgence de Senneterre.

Pendant qu’une grande marche de protestation s’organise pour samedi matin à Senneterre afin d’accentuer la pression sur le gouvernement, le Comité de la sécurité publique de la MRC de la Vallée-de-l’Or (MRCVO) se dit inquiet quant aux risques pour la population que pourrait entraîner la fermeture partielle de l’urgence au Centre de santé de cette ville.

Selon ce comité, cette décision du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT) risque de surcharger les intervenants qui offrent des services à la population, à commencer par les policiers et les ambulanciers. Le Comité de sécurité publique de la MRCVO soutient aussi que cette fermeture aura un impact majeur sur les services aux citoyens et leur sécurité, au point de prédire à court terme une découverture du secteur de Senneterre.

«C’est inconcevable que les premiers répondants qui se rendront à Val-d’Or pour y emmener un patient doivent négliger le reste de la population pendant ce temps, mentionne Jacline Rouleau, présidente du comité en question, dans un communiqué de la MRCVO.

«Par exemple, pendant qu’un policier qui doit partir du poste de Senneterre pour se rendre à l’hôpital de Val-d’Or pour une personne dont l’état mental est perturbé, il y aura deux heures de découverture en raison de l’aller-retour», avance-t-elle.

Le ministre Dubé interpellé

Après le conseil municipal de Senneterre, qui a adopté une résolution en ce sens lundi, le Comité de sécurité publique de la MRCVO réclame à son tour que des solutions soient trouvées rapidement pour maintenir l’urgence ouverte 24 heures sur 24. «Le ministre de la Santé, Christian Dubé, est interpellé dans le dossier de notre territoire, souligne Martin Ferron, préfet de la MRCVO.

«Il est évident que toutes les conséquences négatives entourant la fermeture partielle de l’urgence de Senneterre n’ont pas été analysées sous tous ses angles. Offrir à la population de toutes les régions du Québec des services de qualité, de proximité et sécuritaires est un minimum. Nous demandons ce à quoi nous avons droit», ajoute-t-il.

Un plan proposé au CISSSAT

De son côté, la Ville de Senneterre a proposé au CISSSAT un plan de gestion de la main-d’œuvre visant à garder l’urgence ouverte 24 heures sur 24, selon ce qu'a rapporté Radio-Canada. Ce plan élaboré avec l’aide d’anciens gestionnaires de la santé comprendrait notamment des horaires de deux journées de travail de 12 heures et de trois journées de 8 heures pour les infirmières.

«Nous avons suggéré une formule d’horaire qui permettrait de diminuer de 8% le temps supplémentaire et de 34,5% le temps d’utilisation de la main-d’œuvre indépendante», a signalé le maire de Senneterre, Jean-Maurice Matte, à RDI.

Le CISSSAT a cependant l’intention de s’en tenir à son plan de fermer l’urgence de Senneterre un certain nombre d’heures par jour (voir autre texte sur notre site web), une mesure visant à déplacer du personnel à d’autres endroits dans la région pour combler le manque de main-d’œuvre et à éviter les fermetures surprises à tout moment, invoque l'organisme.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média