Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

27 septembre 2021

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Senneterre ne lâche pas le morceau

Senneterre Urgence

©Photo: Mario Gosselin PhotoDrone

Une photo aérienne de la marche de samedi dernier à Senneterre.

Que le CISSSAT et le gouvernement se le tiennent pour dit : les gens de Senneterre vont continuer à leur mettre de la pression tant qu’ils ne reviendront pas sur leur décision de fermer l’urgence du Centre de santé de l’endroit de 12 à 16 heures par jour sur une base temporaire à cause d’un manque de personnel infirmier en Abitibi-Témiscamingue.

Ils l’ont démontré une nouvelle fois samedi matin quand plus de 500 personnes (selon les organisateurs) ont marché dans les rues de Senneterre «pour sauver l’urgence 24/7».

«Cette mobilisation est importante pour exprimer au ministre de la Santé (Christian Dubé) notre profond désaccord. Avec 12 000 personnes qui, quotidiennement, sont susceptibles d’avoir besoin de l’urgence, il est inconcevable que celle-ci soit fermée de 16h à 8h le lendemain», mentionne Mindie Fournier, porte-parole du comité de mobilisation, dans un communiqué de la Ville de Senneterre.

La Ville ne manque de souligner qu’Élyzabeth Mianscum, une autochtone originaire de Senneterre, a livré un vibrant témoignage concernant des épisodes où elle a eu recours aux services de cette urgence à des moments critiques de sa vie. Plusieurs aînés et de jeunes enfants ont également participé à la marche de samedi matin pour démontrer la nécessité de ce service 24 heures sur 24 pour toutes les générations, signale aussi la Ville.

Le maire Matte confiant

Impliqué directement dans cette bataille pour le maintien de l’urgence 24/7 dans sa ville, le maire de Senneterre, Jean-Maurice Matte, a salué la position du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT) concernant un démenti après qu’un quotidien de Québec ait évoqué une fermeture le 30 septembre.

«Bien que le CISSSAT travaille sur un autre échéancier, nous croyons que très rapidement, ils doivent annoncer le maintien intégral des services à l’urgence, et ce, 24 heures par jour, 7 jours sur 7, affirme M. Matte. Le ministre Dubé fait beaucoup référence, dans ses discours, à des services de santé de qualité, de proximité et sécuritaires. Mais ce n’est pas ce qu’on nous offre actuellement», ajoute-t-il.

La Ville dit faire preuve d’une grande collaboration présentement afin d’aider le CISSSAT à régler certains problèmes quant à la livraison de ses services dans la Vallée-de-l’Or. «Fermer l’urgence de Senneterre amène plus de problématiques que de solutions. Pour mettre fin à cette crise, le maire de Senneterre attend toujours un appel du ministre de la Santé confirmant le maintien intégral de l’urgence», indique la Ville.

Celle-ci rappelle que les municipalités de Belcourt, Senneterre-Paroisse, Malartic, Lebel-sur-Quévillon et Val-d’Or ont publiquement appuyé les revendications de Senneterre, tout comme le Comité de sécurité publique de la MRCVO, les services ambulanciers et le Service de sécurité incendie.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média