Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

13 octobre 2021

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Grève générale illimitée au CPE Au Jardin de Pierrot

Les éducatrices demandent de meilleures conditions de travail

CPE Au Jardin de Pierrot en grève

©Photo Le Citoyen-Thierry de Noncourt

Les éducatrices du CPE Au Jardin de Pierrot souhaitent que le gouvernement négocie de bonne foi avec leur syndicat.

Les éducatrices du CPE Au Jardin de Pierrot ont déclenché une grève générale illimitée, le 13 octobre, à Rouyn-Noranda. 

Les éducatrices demandent des salaires plus importants et de meilleures conditions de travail. Les syndiquées du syndicat des Métallos rappellent qu’elles détiennent un diplôme collégial en éducation à la petite enfance et qu’elles sont moins payées que la plupart des techniciens diplômés du collégial et souvent moins que les responsables de services de garde en milieu scolaire, pour qui on n’exige qu’un diplôme professionnel du secondaire. Elles ont déclenché cette grève pour forcer le gouvernement à négocier. Une dizaine de parents étaient sur place en appui aux travailleuses. Les grévistes prévoient maintenir la ligne de piquetage aussi longtemps qu’il le faudra.  

La bataille des femmes de passion 

Sonia Charrette, permanente au syndicat de Métallos, qui a travaillé Au Jardin de Pierrot durant plus de 25 ans, était sur place pour appuyer les revendications des éducatrices. « Je connais bien la bataille qu’elles défendent. Ce sont des femmes de cœur, de passion et malheureusement, on aurait voulu que les choses soient autrement, mais on en est rendu à se faire entendre, parce que les choses ne bougent pas», a-t-elle déclaré.  

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien était sur place. «Il faut cesser de penser que de prendre soin des autres, c’est une vocation qui ne demande aucun égard. Il est grand temps de reconnaitre les compétences de travail des éducatrices à leur juste valeur!» 
L’ex député et conseiller régional FTQ, Gilles Chapadeau a aussi pris la parole pour s’adresser aux travailleuses. «Vous menez une bataille pour une cause juste et vous méritez d’avoir des appuis», a-t-il ajouté.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média