Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

24 novembre 2021

Jessica Gélinas - jgelinas@lexismedia.ca

Le CTRI élabore des méthodes d'extraction plus vertes

Extraire de l’or de manière moins toxique

CTRI projet Ali Entezari-Zarandi

©Photo Mathieu Dupuis

Ali Entezari–Zarandi et son équipe travaillent sur ce projet depuis un peu plus d’un an.

Ali Entezari-Zarandi, chef de projet en hydrométallurgie et environnement au CTRI, dirige un projet de recherche visant à évaluer diverses alternatives au cyanure et au charbon actif, dans le processus d'extraction de l'or. L'objectif du projet est d'introduire des technologies plus vertes et moins coûteuses dans l'industrie. 

Le CTRI travaille en collaboration avec des compagnies minières de la région qui veulent se diriger vers des solutions moins polluantes. Dans le cadre de ce projet, deux techniques sont étudiées afin de présenter le pour et le contre de chacune d’elles. 

La première technologie explorée par Ali Entezari-Zarandi diminue la teneur en cyanure dans le procédé d’extraction de l’or. Pour ce faire, de la glycine est utilisée. Il s’agit d’un acide aminé que l’on retrouve également dans le corps humain.  

«Cette technologie conserve la même ligne de production que l'industrie minière déjà utilisée tout en posant beaucoup moins de problèmes environnementaux et l'efficacité est également élevée», a expliqué Ali Entezari-Zarandi. 

La seconde technologie verte utilise le Polymère à empreinte moléculaire (PEM). Les compagnies minières utilisent principalement du carbone actif qui présente certains défis pour les plantes et n'est pas sélectif. En plus d’être facile à utiliser, la technologie PEM permet de sélectionner l’or et l’argent en excluant les impuretés.  

D’après les tests effectués par M. Ali Entezari-Zarandi et son équipe, la technologie PEM semble la plus prometteuse et la plus rapide. En effet, cette technique permet de récupérer l’or dans un délai de 24h tandis qu’avec le processus actuel, il faut compter un délai de 48h. 

Ali Entezari–Zarandi amorce la dernière phase du projet de recherche.  

«Le test d'écotoxicité est la dernière étape où nous déterminons dans quelle mesure ces technologies sont respectueuses de l'environnement par rapport à la méthode de cyanuration. Cela aidera les sociétés minières à mieux évaluer leurs options disponibles sur le marché», a fait valoir le chef de projet en hydrométallurgie et environnement au CTRI. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média