Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

LHJMQ

Retour

13 décembre 2021

Christine Morasse - cmorasse@lexismedia.ca

Matis Ouellet apprend à gagner à Charlottetown

Le Rouynorandien dispute sa première saison dans la LHJMQ

Matis Ouellet

©Photo Jean-François Vachon

Matis Ouellet a obtenu 5 passes en 20 parties avec les Islanders de Charlottetown cette saison.

(Jean-François Vachon)-Répertorié comme un des meilleurs espoirs du dernier repêchage, le Rouynorandien Matis Ouellet a dû attendre jusqu’en deuxième ronde pour être sélectionné par les Islanders de Charlottetown. Le jeune homme de 16 ans a ainsi la chance d’apprendre dans un environnement gagnant. 

Entouré des Lukas Cormier, Xavier Simoneau, Patrick Guay, William Trudeau, ce ne sont pas les modèles qui manquent. «J’ai la chance de côtoyer des joueurs qui ont participé à des camps de la Ligue nationale de hockey. Je vois tous les petits détails qu’ils font», a soutenu le jeune attaquant. Matis Ouellet s’est retrouvé dans un environnement anglophone, un certain défi. «Je me suis adapté assez rapidement. J’ai pu compter sur des joueurs francophones pour m’entourer. J’ai aussi bien progressé», a-t-il signalé. 

De bons mots du personnel d’entraîneurs 

Entraîneur associé et directeur général adjoint avec les Islanders, Guy Girouard, a souligné les qualités de l’attaquant rouynorandien. «Je pense qu’il a la bonne attitude. Il travaille avec notre entraîneur des attaquants, Keven Henderson, et met les efforts pour progresser», a-t-il fait valoir. «Il est en apprentissage. Il est à l’écoute. Il pose de bonnes questions et il a le cœur à la bonne place. Tu sens qu’il veut s’améliorer», a-t-il ajouté. L’homme de hockey, originaire de Kapuskasing, a aussi rappelé que les Islanders ne croyaient pas que Ouellet serait disponible en deuxième ronde du dernier repêchage. «On était surpris qu’il soit encore disponible. On s’est engagé envers lui de l’amener avec nous cette année. Il a des qualités et il a pu les démontrer sur certaines séquences. On sent aussi qu’il est près de réussir à marquer son premier but», a-t-il fait savoir. Les conditions sont parfaites pour permettre au jeune hockeyeur de se développer. «Il est entouré d’un groupe de vétérans et c’est important de l’intégrer pour le futur de notre équipe. C’est important qu’il apprenne à gagner. En même temps, il voit comme on joue pour protéger une avance et il est toujours à l’écoute lors des temps d’arrêts pour apprendre», a mentionné Guy Girouard. 

Matis Ouellet 2

©Photo Jean-François Vachon

L’entraîneur associé des Islanders de Charlottetown, Guy Girouard, a décrit Matis Ouellet comme un jeune ayant le cœur à la bonne place et mettant les efforts nécessaires pour progresser.

Un des seuls 16 ans 

Il faut dire que Matis Ouellet a réalisé un exploit en perçant l’alignement des Islanders. Peu de joueurs de 16 ans ont réussi ce tour de force cette année. «Je suis fier d’avoir été un des joueurs de 16 ans à évoluer dans la LHJMQ cette année. C’était vraiment mon objectif en me présentant au camp», a-t-il évoqué. Son dernier match compétitif l’a été dans le bantam AAA. «La coche est élevée et il faut se rappeler que plusieurs des jeunes n’ont pas vraiment joué l’an dernier», a expliqué un de ses entraîneurs, Guy Girouard. «Je pense que ma progression va bien. J’ai fait beaucoup de vidéos et j’ai pu compter sur mes coéquipiers pour me donner des trucs. Je ne suis pas là pour produire offensivement», a ajouté Matis Ouellet. 

Pour la première fois de sa carrière, le hockeyeur n’est pas nécessairement le fer de lance de son équipe. «Je pense que j’avais besoin de vivre ça et que ce sera bénéfique. Comme je joue pour une bonne équipe, j’essaie d’amener une certaine présence physique et d’aider l’équipe à gagner», a-t-il expliqué. «En même temps, je m’en attendais. On a une équipe qui aspire aux grands honneurs. Je n’aurais pas un impact immédiatement. Les joueurs sont plus vieux et beaucoup ont l’expérience de la LNH. Ça fait partie du processus», a-t-il ajouté. 

Un premier match à Rouyn-Noranda 

Matis Ouellet a disputé son seul et unique match à Rouyn-Noranda le 3 décembre. Il a eu quelques occasions de marquer. «C’est un feeling incroyable de revenir ici. Ça faisait quand même un bon moment que je n’avais pas vu ma famille et de pouvoir jouer devant eux, c’est vraiment quelque chose. J’étais excité avant le match, mais je suis devenu un peu plus nerveux. Je pense que ça s’est tout de même bien passé», a-t-il signalé. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média